Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Archives

2011-12-28T20:16:00+01:00

CÉLÉBRATION DU NOUVEL AN

Publié par Domi
 
babylon_lacoste_.jpg
Bonne Année !

 

Ces deux mots qu’on souhaite sans y penser ont une très longue histoire derrière eux et n’ont pas toujours été souhaités à la date du 1er janvier. 

L’Histoire du Nouvel an

La célébration du Nouvel An est la plus vieille célébration au monde. La toute première daterait de plus 4000 ans et était célébrée à Babylone. La nouvelle année commençait alors avec la première nouvelle lune qui suivait le solstice de printemps.

Le début du printemps est en effet un moment logique pour commencer la nouvelle année. Car après tout c’est la saison de la renaissance, le moment où l’on plante la nouvelle récolte et où les plantes refleurissent. Les célébrations babyloniennes du Nouvel An duraient onze jours. On y célébrait le dieu Mardouk qui protégeait les récoltes. Chaque jour avait sa propre célébration, et il est certain que nos festivités modernes de la Saint-Sylvestre sont bien pâles en comparaison.

En 46 Av. J-C, Jules César, établi le Calendrier Julien, le 1er janvier représente alors le jour du Nouvel An et pour synchroniser le calendrier avec le soleil, César a dû créer une année de 445 jours. Les Romains dédiaient ce jour à Janus, Dieu des portes et des commencements.

A la chute de l’empire romain, cette tradition tend à disparaître pour reprendre au Moyen Âge. Mais les dates sont différentes selon les pays, pour les Anglais le nouvel an avait lieu en mars, pour les Français le dimanche de Pâques et pour les Italiens à Noël.

Il faut attendre l'instauration du calendrier grégorien par le pape Grégoire XIII en 1582 pour que l'année commence le 1er janvier sans avoir à jouer avec les dates.


Les Traditions autour du nouvel an



Les bonnes résolutions : 

 C’est l’une des plus importantes traditions de cette période. Là aussi cette coutume date des Babyloniens. Si nos résolutions modernes les plus populaires sont celles d’arrêter du fumer ou de faire du sport, sous  Babylone, la résolution la plus populaire était celle de rendre l'équipement agricole emprunté.

L’échange de présents : 

 Dans la Rome antique on s'échangeait des pièces et des médailles à l'occasion du changement d'année. Ces présents étaient des échanges de bons présages pour l'année à venir et des gages d'amitié entre romains.

Les cartes de vœux : 

C’est au Moyen âge que la carte de vœux fait son apparition. On envoyait alors un petit présent à sa famille en l'accompagnant d'une lettre de vœux peinte à la main. Cette tradition a complètement disparu au XVI ème siècle pour revenir en force XVIII ème siècle.

La première carte de vœux moderne est anglaise. Elle date de 1843 et a été dessinée par John Calcott. Dès 1860 l'envoi des cartes de vœux remporte un franc succès et se généralise partout.

 

3346760087.jpg

S’embrasser sous le gui : 

Ce geste est lui aussi un héritage des traditions et croyances anciennes. Le feuillage vert et persistant du gui lui conférait des pouvoirs surnaturels, car son feuillage « ne mourrait jamais ». Pour les druides le gui portait bonheur. Il avait aussi d’autres pouvoirs qui permettaient aux femmes d’avoir des enfants, qui garantissaient de bonnes récoltes et protégeait du mauvais sort. Aujourd’hui, nous avons gardé l'habitude de nous embrasser sous le gui, le soir du réveillon de la nouvelle année, afin de connaître le bonheur sentimental et le mariage pour les célibataires.

Manger certains produits :

 Beaucoup de cultures pensent que manger quelque chose en forme d'anneau apporterait la chance. En effet le cercle symbolise l’achèvement du cycle d'une année. Ainsi, les hollandais mangent des beignets ronds (les donuts) le jour de l’an afin d’avoir de la chance durant toute l’année.

En Espagne : A chaque coup des 12 coups de minuit, on mange un grain raisin.

En Italie : On mange des plats spéciaux, censés apporter richesse et abondance. Ces sont en général des brioches, des plats de lentilles ou des gâteaux enrobés de miel.


En Russie : Pendant les 12 coups de minuit, on boit du champagne. Ensuite, à la fin des 12 coups,  on ouvre la porte ou la fenêtre afin que le nouvel an entre dans la maison.

 

LE NOUVELS AN DU BOUT DU MONDE


En Chine : 

Le nouvel an est fêté entre le 21 janvier et le 20 février. Comme le calendrier chinois est un calendrier luni-solaire, la date du Nouvel An chinois varie d'une année sur l'autre.

Au Cambodge : Le Nouvel An est fêté du 13 au 15 avril.

Le nouvel an persan :

Norouz,  est célébré depuis au moins 3000 ans et découle de rituels et de traditions du Zoroastrisme. Aujourd'hui, cette fête est célébrée dans les pays qui ont été soit conquis soit influencés par l'Empire Perse. On trouve bien sûr l'Iran, mais aussi l'Irak, l'Afghanistan, certaines parties du Moyen-Orient ainsi qu’au Tadjikistan, en Ouzbékistan, en Azerbaïdjan, au Kazakhstan, et au Kyrgyzstan. Cette fête est aussi célébrée par les Parsis zoroastriens d’Inde et de Turquie. Certaines communautés la célèbre le 21 mars, d'autres le jour de l'équinoxe vernal, qui a lieu le 20, 21 ou 22 mars.



 


 

Voir les commentaires

2011-12-20T22:24:00+01:00

L'esprit de Noël

Publié par Domi

e1410df3-copie-2.jpg

Tagore : L'esprit de Noël


Tagore, le poète indien, écrivait ceci dans une lettre du 25 décembre 1920, alors qu’il était de passage à New York : «Noël… Mais où est l’esprit de Noël dans les cœurs humains ? Les hommes et les femmes se repaissent de plats rares et de rires bruyants. Il n’y a pas le moindre sentiment de l’éternel au fond de leur gaieté, ni la sérénité lumineuse de la joie ni la profondeur de la dévotion… Les gens de l’Occident se sont enrichis, mais ils ont tué la poésie de l’existence… ils abusent leurs âmes par des simulacres et puis, afin de cacher ce fait à eux-mêmes, ils maintiennent artificiellement la valeur de cette fausse monnaie.»

Or, plus que jamais, cela demeure parfaitement d’actualité. Les fêtes ont perdu leur sens spirituel premier, elles sont devenues de la « fausse monnaie », comme une bonne partie de notre vie actuelle sur Terre. D’ailleurs, il est intéressant de noter le lien que fait Tagore entre la « poésie de l’existence » et le « sentiment de l’éternel », car il nous rappelle que les deux sont reliés.

Le retour aux valeurs profondes est essentiel à celui qui veut retrouver le vrai sens de sa vie. « Ce qui est faux ne pourra pas durer toujours », voilà ce que nous rappelle la petite voix qui s’éveille en nous à l’approche de Noël.


td9eyw2k-copie-1.jpg

 

JOYEUX FETES DE FIN D'ANNEE A TOUS ♥♥♥

BISOUS 

DOMI 

La Sorcière D'ARCANE

Voir les commentaires

2011-12-09T18:37:00+01:00

LE NOEL DE THIBAUD LE LOUVETEAU

Publié par STEPHANE DANIEL

 

 a1111fcc389be833c3f6c3b09ee15c32uniqueidcmcimage1.gif

Thibaud le louveteau connaissait peu de monde dans cette forêt où ses parents l’avaient amené. Par nature, la famille se tenait souvent à l’écart des autres habitants, si bien que Thibaud n’avait pas encore trouvé de véritable ami. Sur les sentiers recouverts de neige, il avait déjà croisé deux voisins discrets, François le putois et Blandeuil l’écureuil. Après une phase d’observation, ils avaient échangé quelques paroles. À tous les trois, on avait appris la méfiance, ce qui rend les échanges prudents. Thibaud ne savait pas s’ils apprécieraient de jouer avec lui, il n’osait même pas leur demander, de peur d’essuyer un refus. Au moment où il allait se décider enfin, les préparatifs de Noël avaient incité chacun à rester chez soi.

Ses parents lui avaient organisé un beau réveillon. L’heure de se coucher approcha. Sa maman se coula près de lui et il fut enveloppé dans son souffle chaud.

- A quoi penses-tu, Thibaud ? lui demanda-t-elle.

- Au Père Noël, maman. C’est vrai qu’il apporte des cadeaux ?

- Oui. Qu’aimerais-tu recevoir ?

La première réponse qui vint à l’esprit de Thibaud fut : “Des copains”. Mais il savait qu’on ne met pas des copains dans un papier cadeau au pied d’un sapin.

- Je ne sais pas, répondit-il.

- Le Père Noël saura trouver ce qui te fait plaisir, dit sa maman avant de l’embrasser sur le front.

- Je le verrai ? fit Thibaud qui sentait le sommeil le gagner.

- Non, chéri, on ne voit pas le Père Noël, sauf avec son coeur. Il faut dormir, maintenant. Bonne nuit.

Mais sa maman se trompait…

Il n’était pas minuit quand Thibaud entendit du bruit près de lui. Il ouvrit les yeux. Un bonhomme barbu se tenait là, vêtu d’un bonnet et d’un manteau rouge. Ses yeux bleus débordaient de tendresse.

- Oh, pardon, je t’ai réveillé Thibaud ! s’excusa-t-il.

- Vous connaissez mon nom ?

Le Père Noël sourit.

- Bien sûr.

- Maman m’a dit que je ne vous verrais pas, dit Thibaud.

- En temps normal, elle aurait eu raison, dit Le Père Noël, mais je suis un peu perturbé.

- Que vous arrive-t-il ?

- Rien qui te concerne, Thibaud, mais…

Le Père Noël hésita, se pencha vers lui et poursuivit :

- Bon, après tout, je peux te le confier : j’ai perdu un cadeau. Celui de François

le putois, que tu connais un peu je crois. C’est ennuyeux.

Thibaud n’hésita pas une seconde. Il se redressa et lança :

- Donnez-lui le mien !

- Tu veux dire, que je lui donne le cadeau qui t’était destiné ?

- Oui. C’est vrai, j’aime bien les cadeaux, mais je serais triste de savoir que j’en ai reçu un et pas lui.

Le sourire du Père Noël réapparut, plus large qu’avant. Il s’approcha du louveteau et dit :

- C’est étrange ce que tu me proposes là, Thibaud.

- Pourquoi ?

- Je vais te raconter une petite histoire. Avant de venir te rendre visite, je suis passé chez François le putois. Je lui ai avoué avoir perdu le cadeau de Blandeuil l’écureuil. Comme toi, sans hésiter, il m’a suggéré de lui donner le sien. Puis je suis allé chez Blandeuil, et je lui ai dit que j’avais perdu ton cadeau. Sans réfléchir, il m’a proposé de te donner le sien… Je crois, mon petit ami, que tous les trois, vous avez des choses en commun. Maintenant, tu vas te rendormir, et demain matin, il est possible que tu trouves près de ton lit un cadeau qu’aurait retrouvé ce Père Noël décidément bien distrait…

Les paupières de Thibaud se mirent à peser lourd et le sommeil l’envahit sans qu’il puisse lutter.

Le lendemain, il sut en se réveillant pour de bon que le Père Noël avait dit vrai. Un paquet l’attendait. En l’ouvrant, il découvrit un énorme sac de billes de toutes les couleurs. Il s’imagina tout de suite construire dans la neige un circuit compliqué, avec des virages, des ponts, des tunnels. De quoi faire des courses du tonnerre, pour peu qu’on ait des copains avec qui les organiser !

Il sortit en courant de chez lui. Il n’eut pas beaucoup de chemin à parcourir. Deux silhouettes l’attendaient un peu plus loin, celles de Blandeuil et François. Ils lui firent un signe de la patte.

Il le leur rendit et courut les rejoindre.

FIN

Une histoire écrite par Stéphane Daniel et illustrée par Johanna Crainmark.

sorciere.jpg

 

 


Retrouvez chaque jour une nouvelle histoire sur www.enfant.com

 

Voir les commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog