Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Archives

2006-08-30T23:01:00+02:00

NOSTALGIE

Publié par LE THANH TONG

Quand le chagrin est là,

une journée dure autant que trois automnes .

LE THANH TONG - Extrait de Nostalgie des guerriers

Voir les commentaires

2006-08-30T23:00:00+02:00

LES NEUF VIES DU CHAT

Publié par JULIA DEULEY

Extrait de la sagesse des chats, Julia Deuley

 

 

Un vieux matou, mathématicien émérite mais fort distrait et incroyablement paresseux, somnolait à l’entrée d’un temple. De temps à autre, il entrouvrait un œil pour compter les mouches du voisinage et replongeait presque aussitôt dans sa douce léthargie.

Shiva vient à passer par là. Emerveillée par la grâce naturelle, toute féline, que l’animal avait conservée, malgré un embonpoint considérable dû à son oisiveté, le Seigneur des Mondes lui demanda :

-qui es tu et que sais tu faire ?

L’autre, sans même entrebaîller ses paupières, marmonna :

- je suis un vieux chat très savant, et je sais parfaitement compter.

- magnifique ! et jusqu’où peux tu compter ?

- mais voyons, je peux compter jusqu’à l’infini !

- dans ce cas, fais-moi plaisir. Compte pour moi, l’ami, compte…

Le chat s’étira, baîlla profondément, puis, avec une petite moue de dédain amusée, se mit à réciter :

- un… deux… trois… quatre…

Chaque chiffre était prononcé d’une voix plus murmurante et vague. A sept, le chat était à moitié endormi. A neuf, il ronflait carrément, âbimé dans un sommeil béat.

- puisque tu sais seulement compter jusqu’à neuf, décréta le grand Shiva, souverain des Sphères, je t’accorde neufs vies.

C’est ainsi que les chats disposèrent de neuf existences.

Mais Shiva, qui tait aussi un subtil philosophe, médita longuement. Le matou lui avait assuré qu’il pouvait compter jusqu’à l’infini. Certes, il s’était arrêté au chiffre neuf, puis s’était endormi. Or, le sommeil, sans nom, sans forme, sans pensée, n’est-il pas une fidèle préfiguration de l’infini ?

Alors Shiva compléta son décret : au bout de ses neuf vies le chat accéderait directement à la félicité suprême.

Voir les commentaires

2006-08-29T23:00:00+02:00

POESIE

Publié par Charles BAUDELAIRE

Tristesses de la Lune

 

 

 Ce soir, la lune rêve avec plus de paresse;
Ainsi qu'une beauté, sur de nombreux coussins,
Qui d'une main distraite et légère caresse
Avant de s'endormir le contour de ses seins,

Sur le dos satiné des molles avalanches,
Mourante, elle se livre aux longues pâmoisons,
Et promène ses yeux sur les visions blanches
Qui montent dans l'azur comme des floraisons.

Quand parfois sur ce globe, en sa langueur oisive,
Elle laisse filer une larme furtive,
Un poète pieux, ennemi du sommeil,

Dans le creux de sa main prend cette larme pâle,
Aux reflets irisés comme un fragment d'opale,
Et la met dans son cœur loin des yeux du soleil.

Charles Baudelaire (1821-1867)

Voir les commentaires

2006-08-28T23:00:00+02:00

SPRINT EN TALONS AIGUILLES

Publié par AFP/DDP

Les participantes au concours de sprint à talons aiguilles s'élancent sur le Kurfürstendamm
à Berlin, le 19 août 2006 (Photo Johannes Eisele/AFP/DDP)

Samedi 19 aout 2006, 19h36 : Nadine, 25 ans, a de quoi être fière: elle a remporté samedi le premier sprint en talons aiguilles jamais organisé en Allemagne, plus précisément sur la prestigieuse avenue du Ku'damm à Berlin. Il lui a fallu 12 secondes pour parcourir les 100 mètres, du haut de ses plus de sept centimètres de talons, ont précisé les organisateurs du "Stiletto Run", où se sont affrontées cent femmes. La course, sponsorisée par le magazine "Glamour", fait partie du festival "Global Fashion", rendez-vous de la mode internationale qui a investi ce week-end le Kurfürstendamm. En remportant l'épreuve, Nadine Sonnabend empoche aussi un bon d'achat de 10.000 euros dans le plus prestigieux des grands magasins de Berlin, le KaDeWe. Et cela alors qu'elle ne porte presque jamais de talons aiguilles. "Je préfère de loin les tennis", dit l'étudiante en psychologie.

Voir les commentaires

2006-08-28T23:00:00+02:00

VOYAGER

Publié par Dominique CURCIO

 

Un jour le maître dit : "Il est beaucoup plus facile de voyager que de s’arrêter".

Les disciples voulurent savoir pourquoi :

"- Parce que, dit le maître, tant que l’on voyage on peut s’accrocher à un rêve. Quand on s’arrête, on doit faire face à la réalité."

"- Mais comment changerons-nous un jour si nous n’avons pas de buts ou de rêves ?" demandèrent les disciples.

"- Le véritable changement est celui qui n’est pas voulu. Faites face à la réalité et un changement que vous n’aurez pas voulu se produira"

En guise de conclusion : "Quelle existence fais-tu dans ta chrysalide ?" demande frère escargot qui traîne allègrement sa coquille aux quatre coins du monde à l’horizontale.

"Je me laisse pousser des ailes" répond dans la chrysalide le papillon de nuit. "Tu n’en auras jamais toi-même car c’est un don de Dieu à la stabilité".

 

Source : www.cheztom.com/

Voir les commentaires

2006-08-27T23:00:00+02:00

CONTE A GRANDIR

Publié par Danile LAMBERT

Les chemins du bonheur

Il était une fois un génie de la lampe peu commun. On le sait tous, les génies offrent de réaliser trois vœux à celui ou celle qui le libère de la lampe d'où ils sont prisonniers.

Or, le génie de cette histoire est différent, il n'exhausse qu'un seul vœux et celui qui le formule doit absolument contribuer à sa réalisation!

C'est ainsi qu'un jour, par le plus grand des hasards, mais au moment où il en avait le plus besoin, un génie apparut à un explorateur qui venait de faire briller une vieille lampe qu'il avait acquise lors d'une de ses expéditions. Le génie dit alors :

- Pour m'avoir libéré de la lampe, je t'offre d'exhausser un vœux.

- Ne suis-je pas supposé avoir droit à trois, rétorqua l'explorateur un peu déçu?

 - Tu as raison, normalement tu aurais droit à trois souhaits, mais toi je t'aime bien alors tu n'auras qu'un seul souhait.

Devant l'air perplexe de l'explorateur, le génie ajouta:

- Vois-tu, j'ai constaté que les humains réfléchissaient davantage et prenaient de meilleures décisions lorsqu'ils n'avaient droit qu'à un seul souhait et j'aimerais que tu prennes le temps de savoir ce qu'il te faut vraiment pour être heureux.

D'abord très déçu de n'avoir droit qu'à un seul souhait, l'explorateur se mit à réfléchir. Il réfléchit longuement à ce qui le rendrait heureux. Il rêva de trésors inestimables, de voyages, de découvertes, de notoriété, de paix intérieure, de grandes passions, d'accomplissements, etc. mais il n'avait droit qu'à un seul souhait et se voyait incapable d'arrêter son choix sur une seule chose. Les jours passèrent et chaque fois la liste de ses désirs s'allongeait alors qu'il devait la restreindre à un seul souhait ...

Puis l'explorateur se rappela le proverbe oriental suivant: Donner un poisson à quelqu'un c'est le nourrir pour un jour, lui apprendre à pêcher c'est le nourrir pour la vie.

Il savait maintenant ce qu'il demanderait au génie de la lampe!

Excité par sa trouvaille, il couru trouver le génie et commença par le remercier de ne lui avoir accordé qu'un seul vœux. "Jamais je n'aurais pensé au souhait que j'ai en tête maintenant si plusieurs souhaits m'avaient été offerts", expliqua-t-il au génie.

- Je suis content que tu apprécies mon geste, retourna le génie. Puis-je maintenant connaître ton souhait? 

- Oui, lança l'explorateur avec enthousiasme. J'aimerais connaître le chemin du bonheur.

Le génie dû réfléchir, ce genre de souhait n'était pas habituel... Il demanda à l'explorateur de bien vouloir patienter quelques jours afin qu'il puisse rassembler le nécessaire.

Encore une fois un peu déçu, l'explorateur accepta, que pouvait-il faire d'autre?

Un premier jour passa, l'explorateur avait été excité toute la journée à l'idée d'enfin connaître le chemin du bonheur. Deux, trois puis quatre jours passèrent sans que le génie ne se manifeste. N'en pouvant plus d'attendre, l'explorateur commença à réfléchir sur son souhait et se demanda ce qui lui était Essentiel pour être heureux. Il se demanda quels étaient les moments de sa vie où il avait été le plus heureux. Il en trouva un, deux, trois, plusieurs. Il découvrit ensuite que ces moments, pourtant différents, avaient en commun le fait de lui avoir fait vivre des émotions semblables. Voilà les ingrédients de mon bonheur se dit-il enthousiasmé par sa découverte. D'autres questions lui virent à l'esprit. Quelles seraient les trois plus petites choses que je pourrais faire dès maintenant ou d'ici à la tombé du jour, pour revivre, ne serait-ce qu'en partie, ces émotions qui m'ont rendu si heureux dans le passé? Plus il s'interrogeait, plus les idées se bousculaient! Voyant le pouvoir des questions qu'ils s'étaient posées, il prit un crayon et écrivit toutes les questions utiles qui lui passèrent par la tête.

Si j'apprenais qu'il ne me restait que très peu de temps à vivre, où investirais-je davantage de ce temps précieux? Où investirais-je moins de ce temps précieux?

Que pourrais-je pardonner et ainsi me soulager d'un poids devenu inutile?

Que pourrais-je me pardonner et ainsi me soulager d'un poids devenu inutile?

Que pourrais-je faire pour rire de bon cœur aujourd'hui? Quelle(s) activités, passe-temps, etc. auxquelles je prenais beaucoup de plaisir à pratiquer, pourrais-je reprendre?

Puis, un matin, l'explorateur se leva, regarda sa liste de questions - il avait pris l'habitude de se concentrer sur une question aidante par jour - et remarqua une note manuscrite au bas de la page, une note signée par le génie de la lampe!

On pouvait y lire : Le chemin du bonheur : Prendre le temps de s'y arrêter régulièrement.
 


  
 

Voir les commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog