Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #les joies du divorce catégorie

2007-12-06T00:24:00+01:00

DIVORCE

Publié par Jean KERR


porte.jpg

Divorcer, c'est comme être renversé par un camion. Si on en réchappe, on regarde bien à gauche et à droite avant de s'engager de nouveau.

Jean KERR


PS : cette citation clôture ma catégorie "les joies du divorce" puisque mon divorce a été prononcé  le 3 décembre. Je ne souhaite plus m'exprimer sur le sujet. Merci de toute l'aide que vous m'avez apportée durant cette période difficile. 

DOMI

Voir les commentaires

2007-09-13T23:31:00+02:00

JONGLERIE

Publié par Domi

 

Le jongleur "armada" JM.PIGEON

Certains ont peut-être pensé que je les ai un peu zapés ces deux dernières semaines, mais j'ai de bonnes raisons. Depuis mon déménagement dans mon nouvel appartement, les évènements se précipitent et s'enchaînent. Ces derniers 15 jours ont été chargés en émotions et en surprises...

Je vous parlais d'entrentiens pour différentes offres d'emploi dont deux qui étaient importantes à mes yeux, car elles correspondaient à mon attente professionnelle. Je commençais sérieusement à désespérer et voilà deux jours, la greffière de la Cour d'Appel du Tribunal à Grenoble m'annonce que ma candidature a été retenue...je suis prise sous contrat d'essai pendant 1 mois et si je conviens au poste, je serai embauchée sous contrat pendant un an et par la suite titularisée. Une super bonne nouvelle puisque je venais de recevoir une lettre des ASSEDIC pour me dire que j'étais en fin de droits. Comme quoi, il ne faut jamais baisser les bras.

Quant à mon installation, elle est plutôt folklorique... En partant de chez moi, j'ai pris le strict minimum, car j'ai laissé l'électroménager - à part un micro-onde - à mon mari puisqu'il a la garde des enfants et qu'il ne pouvait pas se passer de frigo et de machine à laver. Je m'y suis donc prise à l'avance j'ai commandé mon électroménager deux semaines avant d'enménager car ils mettent toujours 3 semaines pour livrer les appareils. Cette livraison est devenue pour moi un vrai cauchemar  et d'une complexité extrême :-))). Après ma commande, je reçois déjà un courrier du vendeur concernant la livraison de mon frigo m'informant que l'article ayant eu beaucoup de succès, il me serait livré que dans 3 semaines :- ((( et le lendemain, une société de transport m'appelle pour me dire qu'ils ont un à me livrer un colis sans d'autres précisions, ils avaient choisi le mercredi matin pour la livraison date à laquelle je n'étais pas disponible car j'avais un entretien important qu'il m'était impossible d'annuler; en plus ils te donnent une fourchette entre 8H00 et 12H00 - ça me rappelle un humoriste :-)) c'est pas une fourchette mais plutôt un rateau !!! - Il me dit qu'il me rappelle pour un autre jour et je lui précise bien qu'il faut qu'ils viennent à deux car je ne peux rien porter  - vivre seule s'est apprendre également le système D - Il me confirmer qu'ils sont toujours deux pour livrer. Deux jours plus tard, on me rappelle pour un autre colis à me livrer ... en me disant que je devais prévoir une personne pour les aider car le livreur était tout seul - là je me dis que c'est sûrement un gag, je ne comprenais plus rien - je lui dis donc que c'était convenu que deux personnes devaient venir pour la livraison et il me sort qu'il faut qu'il demande une autorisation au vendeur... Je ne vous dis pas comment j'étais remontée.

Finalement, ma machine à laver est arrivée avant-hier et je me suis débrouillée pour la mise en route, car en plus ils livrent mais n'installent pas. Quant au frigo je l'ai reçu enfin aujourd'hui après avoir bloqué deux matinée, car le livreur s'est présenté tout seul la première fois motif - vous allez rire - son collègue était malade, je lui ai dit qu'il remballe sa marchandise et qu'ils se présentent à deux, il est revenu aujourd'hui avec une autre personne; c'est là que j'ai compris qu'il y avait deux sociétés de transporteurs une pour la machine à laver et l'autre pour le frigo; pourquoi faire simple quand on peut faire compliquer !

Un conseil qui peut éviter des déboirs quand vous commandez par correspondance ou encore par Internet, il faut bien lire les conditions de livraison, si c'est marqué "aide à la mise en service de vos gros appareils", il faut lire "conseils d'installation entre deux portes".... L'excuse bidon : ils sont garés en double file en bas de chez vous et ils sont très pressés :-D.

Une pensée soudaine m'a traversé l'esprit, si tu es handicapé ou âgé et que tu n'as personne pour t'aider, je ne vous raconte pas le stress des livraisons pour ces personnes. Franchement au prix où tu payes les appareils, ils pourraient faire un effort de ce côté-là.

Comme vous pouvez le lire, je n'ai pas le temps de m'ennuyer et c'est plutôt bien, je pense moins.

Je vous souhaite une bonne journée à tous et merci pour tous vos coms 

Gros bisous

Voir les commentaires

2007-09-04T23:00:00+02:00

DEMENAGEMENT

Publié par Domi

Si on m'avait annoné que le 5 septembre 2007, date  à laquelle je devais fêter  mes 20 ans d'anniversaire de mariage - n'étant pas encore divorcée - je passerai ma matinée en entretien d'embauche.. et que je déferai mes derniers cartons  - car je vis maintenant dans mon appartement - je pense que j'aurai traité la personne de complètement dijonctée et pourtant je vis bien seule maintenant... mes enfants ne viendront qu'une semaine sur deux pour passer du temps avec moi. L'épreuve a été très dure, je commençais sérieusement à m'épuiser nerveusement et la présence de mon mari devenait de plus en plus pesante. Il m'a même aidé à déménager pour que je parte plus vite. Mes enfants ont été très choqués par mon départ aussi précipité et ne réalisent pas bien encore la situation. Biensûr pour moi ce départ a été "un arrache coeur" non matériel, mais maternel, je ne supporte pas l'idée de ne plus vivre sous le même toit que mes enfants ... c'est une sensation horrible et c'est beaucoup trop brutal. Mon fils est passé me voir hier et le choc a été quand il m'a fait la bise pour me dire "à bientôt" ... Dés que j'ai refermé la porte, j'ai craqué. Je me sens partagée entre deux états d'âme : le premier est que je me sens coupable en me disant que j'aurai dû me battre un peu plus pour eux et le deuxième c'est que j'avais réellement besoin de cette coupure pour me reconstruire, car mentalement je suis épuisée et j'ai besoin un peu de solitude pour gérer la suite ... la signature définitive de la maison et le plus gros morçeau le tribunal pour le divorce.

Sinon, l'installattion a été un peu mouvementée : une chaudière et un robinet de machine à laver qui fuient, une ancienne locataire qui n'a pas résilié ses contrats d'EDF et GDF avant de partir et cerise sur le gâteau, elle devait refaire la cuisine avant de partir et je ne vous raconte même pas comment elle a mis la tapisserie, même un enfant de 10 ans aurait fait mieux; il faut que je recommence tout :-))); sans parler d'internet qui fonctionne une fois sur deux ; et toutes les administrations qui se trompent sur mon nom de jeune fille :-))).

La bonne nouvelle, c'est que je me remets au bricolage, ce que je n'ai pas fait depuis très longtemps, j'ai même acheté une caisse à outils :-))).

Je tenais à vous remercier de vos visites en mon absence, j'essayerai de passer au mieux sur vos blogs, si Internet me le permet et de répondre à vos coms.  

Gros bisous à tous et très contente de vous retrouver sur la blogsphère 

DOMI

Voir les commentaires

2007-08-12T22:24:00+02:00

MORAL DANS LES CHAUSSETTES

Publié par Domi

Ces deux dernières semaines ont été très difficiles pour moi, d'où mes articles un peu moroses de cette semaine. Mon mari m'a laissé choisir l'avocat pour notre divorce puisque je suis secrétaire juridique de métier, il sait que je ferai le bon choix. Dans ma situation qui n'est nullement conflictuelle, nous prenons un avocat pour deux pour un divorce à l'amiable; mais je vous conseille vivement si vous avez de sérieux conflits avec votre époux et des biens en commun de prendre chacun votre avocat. Il est important de prendre un avocat qui est spécialisé dans le droit de la famille pour éviter d'avoir des surprises fiscales après le divorce. J'avais déjà préparé le rendez-vous en faisant une simulation des points que l'avocate développerait avec nous et j'ai discuté de ces différents points avec mon mari pour qu'on soit bien d'accord lors du rendez-vous, car il faut savoir que s'il y a un seul point de mésentente, nous serions obligés de reprendre un avocat chacun de notre côté. Tout s'est bien passé, l'avocate m'a complimenté sur mon projet de requête :-))) et mon mari a accepté toutes mes demandes. L'avocate nous a dit que la procédure de divorce par consentement mutuel a été simplifiée, les époux ne passent plus qu'une fois devant le Juge, ce qui fait que, quand je passerai devant le juge vers le mois d'octobre, je serai déjà divorcée... cette nouvelle m'a fichu un coup :-(( en plus l'avocate qui rajoute, vous pouvez récupérer tout de suite votre nom de jeune fille. Là, tu as l'impression qu'on te met un grand coup de pied au c.. et qu'on t'éjecte de ce qui était ta famille. Te voilà étrangère ... 


Je vous annonçais dans mon précédent article que j'avais peut-être trouvé un emploi... mais je me suis un peu trop avançée. Pourtant, le premier entretien avec un des collaborateurs de l'étude -  il s'agissait d'un administrateur judiciaire - s'était plutôt bien passé. Le collaborateur m'a même dit en partant qu'il ne manquait plus que l'aval du grand patron pour que je commence. J'étais donc partie confiante. Le lendemain, je reçois un appel de la secrétaire de l'étude me demandant de me présenter la semaine suivante pour un ultime rendez-vous avec le patron et dans la foulée, je reçois un courrier me confirmant que ma candidature a été retenue et le rendez-vous fixé. Je  pensais qu'il me confirmerait simplement quand je devais commencer. C'est quand le patron de l'étude m'a reçu que j'ai compris tout de suite que le vent avait tourné pour moi. Il me posait des questions n'ayant aucune relation avec le travail et il m'a littéralement expédiée en me disant, on vous rappelle d'ici la fin de la semaine ... C'est en sortant de la salle de conférence que j'ai compris pourquoi ce Monsieur s'était aussi élégamment comporté avec moi. Une ancienne copine était assise à l'entrée et attendait son tour. Je connaissais cette jeune femme parce qu'elle travaille déjà chez un administrateur judiciaire à Grenoble et j'ai compris en lui parlant pourquoi j'avais si gentiment était remerciée par le Monsieur. Même pas une heure après avoir été reçue à cet entretien, la secrétaire de l'étude rappelle chez moi et me dit que je n'ai pas été choisie pour le poste. Quand je lui pose la question de savoir les raisons, elle m'a répondu :"nous avons choisi une personne qui est déjà secrétaire d'un administrateur judiciaire, elle connaît le métier et les logiciels,  nous n'aurons pas besoin de la former". J'étais très en colère, par le seul fait que nous sommes envoyés par l'ANPE donc prioritaires pour l'emploi et ce cher Monsieur prend une jeune femme qui travaille déjà ... Je devrai être rodée pourtant, ce n'est pas la première fois et sûrement pas la dernière. Alors patience domi, ton jour viendra !

Bonne journée à tous et bon courage à ceux qui seraient dans ma situation soit le divorce, soit la recherche d'emploi ... gros bisous à tous 

DOMI

Voir les commentaires

2007-07-29T23:06:00+02:00

CHASSE AUX APPARTEMENTS

Publié par Domi




En ce moment, je ne vous donne pas trop de mes nouvelles, mais il y a une bonne raison à ce silence : je cherchais un appartement pour la rentrée, car je dois donner les clés de ma maison à la signature difinitive de l'acte le 1er octobre.

Cette recherche a été une vraie "chasse au trésor" avec de graves moments de découragement. Ma situation actuelle est un peu OUFF !!!! comme diraient mes chers enfants. Je ne travaille pas à cause d'ennuis de santé, je touche une Allocation de Retour à l'Emploi (ARE) qui est équivalente à un SMIC et comme je ne suis pas encore divorcée, j'ai donc le droit à une APL si je vis seule. Quand j'ai déposé ma demande de logement social dans plusieurs communes, ils m'ont dit qu'il n'y avait aucun souci pour que j'obtienne un F3, ce qui m'aurait permis de  vivre avec ma fille, mais que je n'obtiendrai jamais cet appartement dans l'immédiat - les listes d'attente sont de minimum deux ans - n'étant pas dans l'urgence. Ils m'ont donc conseillé de m'adresser à des particuliers ou encore des agences immobilières. 

Je savais très bien que je me ferai jeter par les agences immobilières n'ayant pas de salaire régulier, mais j'ai quand même demandé un rendez-vous avec une coordinatrice d'agence ou encore responsable location et je dois dire que ce rendez-vous m'a redonné confiance en moi, en me disant que si je ne forçais pas un peu les portes, je n'obtiendrai rien. L'entretien s'est bien passé et j'ai eu la chance de tomber sur une femme qui avait vécu et d'une façon encore plus brutale que la mienne la même situation. Nous avons parlé un moment et elle m'a promis de faire visiter des appartements qui pourraient convenir à mon budget, elle m'a même demandé mon cv pour le communiquer à son patron au cas où une place se libèrerait en secrétariat. Je suis sortie reboustée par cette rencontre. Le lendemain, elle tenait déjà promesse et me faisait visiter un appartement sur ma commune.

J'ai donc continué sur ma lancée et j'ai appelé plusieurs autres agences - en jouant toujours la carte de l'honnêté - et j'ai cherché des appartements aussi sur les sites immobiliers d' Internet, les visites ont commencé et jusqu'à samedi dernier, je començais à perdre sérieusement patience... tout ce que je voyais, ressemblait à des taudis et ils en demandaient des prix exorbitants. Je ne sais pas si c'est en bien ou en mal, mais ma bonne étoile a commencé à montrer le bout de son nez par l'intermédaire de ma fille. Elle m'a demandé de lui déposer un chèque à la banque et pour une fois j'y suis allée à pied, car avec les départs en vacances, la circulation était dense sur ma commune et impossible de se garer. C'est là que sur la route de la banque, je passe devant une petit boulangerie et je rencontre la maman d'une amie à ma fille. Je commence à parler avec elle et je lui parle de ma recherche d'appartement. Elle me laisse 2 petites minutes et va chercher dans sa boulangerie, une annonce que venait de déposer une jeune femme qui cédait le bail de son F1. A cet instant, j'ai pensé que peut-être la chance allait me sourire, et croyant que c'était un particulier, j'ai tout de suite appelé la jeune femme. Elle m'a dit qu'elle me verrait volontiers le lundi suivant, et là elle m'annonce à mon grand désespoir que c'est une agence qui s'occupe de louer son appartement. Je connaissais déjà la résidence où se situe cet appart et quand je suis arrivé au rendez-vous, j'ai été tout de suite conquise par l'endroit et par la visite de l'appart... et c'est là qu'un nouveau cauchemar a commencé :-))); la jeune femme se propose de téléphoner à l'agence pour que je prenne rendez-vous avec eux le lendemain et constituer le dossier puisqu'il m'intéresse. La responsable commence à me questionner sur ma situation et comme avec les autres personnes, je lui tiens le même discours et c'est là que j'entends à l'autre bout du fil, la nana me dire que même avec un garant + que sérieux, je ne pouvais pas obtenir le logement puisque j'étais demandeur d'emploi; j'ai essayé pendant 20 minutes de la convaincre mais elle ne démordait pas de ces critères d'acceptation de dossier  - Ils ont des sociétés qui garantissent leur loyer et je ne rentrai pas dans leurs critères de sélection - et tout d'un coup, elle me sort, mais si vous trouvez un CDD d'au moin un an, je peux prendre votre candidature; je lui ai dit que tout ceci était bien illogique car après un CDD, on pouvait tout aussi facilement se trouver au chômage ... 

Je ne vous dis pas comment j'étais furieuse à la sortie de l'appartement croyant qu'il n'y avait plus de solution. En rentrant chez moi, mon mari était là et je lui explique la réaction de l'agence, sur le coup, il me dit "je suis sûr qu'elle l'a promis à quelqu'un d'autre de sa famille et elle a trouvé cette excuse minable pour t'évincer". Après avoir réfléchi longuement, j'ai appelé une amie qui est avocate et je lui ai demandé s'il y avait une solution et elle m'a conseillé pour que l'agence ne refuse pas mon dossier et grâce à son judicieux conseil j'ai pu avoir cet appartement. Je signe le bail le 16 août. Je sais maintenant où je vais habiter et je peux vous dire que c'est plutôt rassurant. Dans la même semaine, j'ai également reçu un appel d'un employeur pour un poste dans ma branche, alors je croise les doigts pour que ça marche, mais là, je crois que mon ange va devoir faire très fort :-))) mais je vous raconterai la suite dans un prochain article.





Merci à tous pour vos visites régulières sur mon blog et votre soutien

GROS BISOUS

Domi

 

Voir les commentaires

2007-07-12T23:04:00+02:00

PENSEES

Publié par Dominique CURCIO

 


Il m'arrive parfois de gribouiller sur des carnets  ... Je vous confie quelques unes de mes pensées.



Pêle-mêle

 

Rêves

Du  passé

Rêves

Enfouis

Retour

A  nos  origines

Don de  soi

Sacrifice  de  ta  vie

Renaissance  soudaine

Découverte  des amis

Souffrances  extrêmes

Rêves

D'une nouvelle vie

Rêves

Sereins

Peu importe

Les lendemains

Il  s'agit simplement de survie.

 

© Dominique  CURCIO

Ne pas reproduire ce texte sans mon autorisation, merci

Voir les commentaires

2007-07-11T23:05:00+02:00

DERNIERE ECHEANCE

Publié par Domi

Le temps pour moi de digérer les évènements et je vous livre aujourd'hui mes impressions sur mon rendez-vous chez le notaire vendredi dernier concernant la signature du compromis de vente avec les acheteurs de ma maison. Le compromis ... et oui, il faut toujours faire des compromis dans la vie et même si votre seule envie est de fuir, ou encore tout abandonner ! Ne vous y trompez pas, fuir ne sert strictement à rien, juste à repousser les échéances.

J'avais prévu tout un programme pour m'occuper et ne pas trop penser à ce rendez-vous pendant la semaine. Je pensais ainsi éviter les bouffées de déprime chez le notaire. La veille, je me suis même défoulée à un concert pour décompresser - Il est important pour garder le moral, de ne pas tourner en rond dans la maison et de se prévoir un petit planning d'occupations dans la semaine, bien sûr si vous travaillez le problème ne se pose pas  - Inutile, le stress a commencé quand j'ai mis le pied dans la voiture pour me rendre chez le notaire. Depuis notre décision de divorcer, on n'a plus jamais pris le véhicule ensemble : il a sa harley et j'ai ma fiat ;-))). On ne peut pas dire que j'étais à mon aise, mais ce qu'il y a de bien avec mon mari, c'est qu'il ne parle pas et met la musique, donc pas de discussion stérile.



Nous avons attendu encore près d'une heure dans la salle d'attente chez le notaire. Je sentais une forte pression monter en moi  et c'était encore plus difficile à gérer en voyant mon mari calme et détendu comme s'il venait régler une simple affaire... Puis le jeune couple acheteur est arrivé et ont commençé à me poser des questions pendant que mon mari papotait avec un copain au téléphone - c'étais bien le moment - en disant après avoir fini au jeune couple "c'est un copain, il a perdu les clés de sa maison et il ne sait pas comment entrer chez lui, il faut être vraiment bête de perdre ses clés". Et là, vous vous dites intérieurement, c'est un cauchemar et je vais me réveiller, tellement cette situation était bête à pleurer.



Heureusement, le notaire est arrivé, il nous a fait entrer dans un grand bureau  - peint en jaune très agressif, tout pour me plaire je déteste le jaune :-))) -
Il nous a lu entièrement l'acte notarié en expliquant tout en détail pour les acheteurs et il nous a annoncé qu'une TVA  serait prélevée sur le prix de vente de  la maison  par l'Etat qui se sucre bien au passage sur les ventes de biens immobiliers. De plus, il a fallu au dernier moment prendre un organisme agréé pour un diagnostic de performance énergétique qui est obligatoire maintenant quand vous vendez votre maison. Montant de l'intervention : 100 € TTC et encore c'est le moins cher. Je me demande s'il va nous rester de l'argent après le passage de tout ce petit monde : créanciers, avocat, agences immobilières pour les cautions d'appartements. L'instant fut pour moi une vraie torture, je n'avais aucune concentration et je signais les papiers comme un automate - Je me revoyais 5 ans plus tôt dans le même bureau signer l'acte de vente de la maison. Nous étions encore sûrs de nos sentiments et que nous allions vivre encore longtemps ensemble ... Quel échec ! - Je ne ressentais qu'une immense souffrance qui m'écrasait le coeur. Puis le notaire nous a annoncé la date de la signature définitive de l'acte au 1er octobre et je me suis dit que c'était fini, je ne maitrisais plus rien. 

A la sortie de chez le notaire, je me suis complètement sentie vide et écoeurée, je n'avais vraiment pas envie de faire le retour dans la voiture avec mon mari, car j'étouffais. J'attendais que mon mari me dise quelque chose, mais toujours rien et à ce moment les seules choses que j'ai pu lui dire, c'est "voilà, tu es content maintenant, tu es soulagé, plus rien ne te pèse!" il m'a répondu qu'il était soulagé en effet et il a continué à marcher vers la voiture sans aucune remaque. J'aurai dû le planter là et partir mais je n'ai pas pu, j'ai suppoté une fois de plus son indifférence et je me suis isolée dans ma "zone" pour pleurer toutes les larmes de mon corps Ne croyez pas que je pleure pour la maison, je ne suis pas matérialiste et je l'aurai vendue bien plus tôt, si j'avais pu garder mon mari, mais simplement parce que je ne comprends pas comment on peut arriver à ce stade de froideur après 20 ans de vie commune. Il avait déjà marché sur mon coeur une fois, mais ce coup-ci, il en a fait de la bouillie et il m'a écrasé moi en même temps.



 Depuis le jour de signature, la situation a encore bougé à l'avantage de mon mari  - on dirait une course - puisqu'il m'a annoncé qu'il commençait à chercher un appartement, un F3, il prévoit également pour les enfants et quand je lui ai demandé, comment il comptait avancer  la caution (nous n'aurons l'argent de la maison qu'au 1er octobre) et bien il m'a dit que son frère lui avancerait l'argent pour pouvoir prendre l'appartement. Bien sûr mon sang n'a fait qu'un tour, car il sait pertinemment que je n'ai pas les moyens de louer un si grand appartement et que je ne pourrai pas prendre les momes avec moi, sans parler de tout le côté financier qui reste à solder. J'ai l'impression qu'il me met la pression pour que je parte avant lui alors que je ne pourrai partir qu'au dernier moment car au contraire de lui, je mène plusieurs batailles de front : je me cherche du boulot, je vois aussi pour me trouver un appartement et je n'ai pas un rond en poche avec le chômage que je touche et on vit tous dessus pour l'instant.  Je me sens épuisée par tous ces combats, car il y a aussi les combats avec ma fille qui n'en finissent plus;  mon mari met tout en oeuvre également pour que mes momes contestent mon autorité et  les amener peu à peu à ne dépendre que de lui. 




J'ai pris une décision qu'il faut que je maintienne jusqu'à ma libération de cette prison que j'ai cru si longtemps dorée, je dois penser à me protéger de ce chao et reprendre le goût de vivre, je n'ai plus la force de protéger mes enfants et ils sont bien assez grands maintenant pour comprendre qu'il est impossible pour moi de continuer dans cette voie.

L'article est un peu long aujourd'hui, mais je ne pouvais pas faire plus court ... Merci à tous ceux qui me lisent et à vos messages de tendresse et d'affection tous les jours.

GROS BISOUS 
DOMI

Voir les commentaires

2007-06-29T23:02:00+02:00

TOP PRESSION

Publié par Domi

 

 

Nous y voilà, un couple de jeunes gens s'est engagé à acheter notre maison, nous signons le compromis le 6 juillet chez le notaire. Quelque part, je suis soulagée parce que les visites sont terminées - Vendre une maison avec le sourire alors que tout s'écroule dans votre vie est une vraie torture - Quoique je me suis un peu défilée sur ce coup-là, j'ai laissé mon mari recevoir les éventuels acheteurs !

Pourtant, je devrais être rodée, car c'est la deuxième maison que nous vendons dans de mauvaises conditions. C'est à croire que je suis pas destinée à rester propriétaire d'un bien. Les futurs propriétaires ont même été très étonnés de la bonne entente qui règne encore dans notre couple, ils nous ont dit : "on n'a pas l'impression que vous soyez sur le point de divorcer". Un calme apparent, vous bouillonnez intérieurement et vous êtes en fait très en colère contre votre conjoint qui se débarasse avec autant de facilité de votre maison. Mais à quoi bon s'énerver, les dès sont joués et on ne peut plus revenir sur la case départ.



Après le départ des acheteurs, j'ai pris conscience que le sablier du temps s'écoulait et que je n'avais plus que deux mois et demi environ pour me trouver un job et un appartement pour moi et mes enfants si possible; ce qui n'est pas gagné d'avance puisque les propriétaires à Grenoble sont plutôt frileux quand il s'agit de confier leur appartement à une personne qui n'est pas salariée, même si pour moi, la caution ne sera pas un souci et je touche un bon smic au chômage. Au fond de moi, c'est comme un défi que je dois relever et je compte bien le réussir, je ne dois pas échouer, je suis certaine que ma bonne étoile ne m'a pas abandonné et que je vais trouver une issue à ce problème.

Je vous souhaite  un bon week-end et pour ceux qui partent en vacances, une bonne route
Roulez prudemment !!!!




DOMI

Voir les commentaires

2007-06-24T23:01:00+02:00

BIENVEILLANCE DES AMI(ES) ET DE LA FAMILLE

Publié par Domi

  

Je sais combien il est difficile d'exprimer ce que l'on ressent à l'annonce du divorce de ses copains ou d'un membre de sa famille. Cette situation, je l'ai vécue de nombreuses fois… mais malgré tout, on n'est jamais préparé à recevoir une telle nouvelle. Les réactions sont très différentes devant cette situation. Vous avez ceux qui écoutent, consolent, et ceux qui déguerpissent ou ne disent rien   En fait, cette épreuve vous permet de faire un tri dans vos amis, rapidement vous verrez qu'il ne vous en reste qu'une poignée bien suffisante pour vous aider -  et la dernière possibilité, ce sont ceux qui ont du mal à accepter votre séparation. En effet, pour tout votre entourage, vous étiez l'exemple type du "couple parfait " Pensez-vous, 20 ans de mariage c'est incroyable de nos jours !!! -  et tout le monde me répétait combien j'avais la chance d'être avec un homme si exceptionnel : bon père, gueule d'ange et très charismatique auprès de ces dames. Je n'avais pas lieu de me plaindre. En fait, les autres ne saisissent pas toujours très clairement votre situation et ce qui s'est passé et expliquer tout votre privée à vos amis, même très proches, ne vous enchante guère.

Je pense spécialement à ma mère qui m'a dit ; "
mais pourquoi tu ne m'as pas parlé de ces problèmes plus tôt ?". J'aurai  bien aimé lui en parler, mais elle ne me parlait plus depuis 6 mois, je ne vois pas comment, j'aurai pu lui confier mes soucis et ma peine. Quant aux ami(es), ou certains proches, vous essayez bien de leur confier vos angoisses, mais la seule réponse est : "tu as passé des crises bien plus graves avec ton mari, essayes de communiquer avec lui et je suis sûre que tout s'arrangera ".
Mais rien ne s'arrange parce que communiquer avec un mur ne mène à rien et la séparation devient  inévitable. 

Mais l'attitude la plus blessante à ce jour, est celle de ma belle-famille. J'ai 4 beaux frères et 5 belles sœurs dont une, qui est la sœur de mon mari et bien, aucun d'eux n'a pris la peine de me téléphoner pour me proposer une quelconque aide ou me dire simplement "nous sommes vraiment désolés de ce qui t'arrive, mais si tu as besoin nous sommes aussi là pour toi". Et pourtant, il ne faut pas leur en vouloir, normal qu'ils soutiennent mon mari, chacun fait ce qu'il peut,  ce n'est pas toujours facile de rester neutre dans une telle situation.  Pourtant, Dieu sait que je ne suis pas du genre désagréable ou à ennuyer quelqu'un avec mes problèmes personnels, mais tout le monde fuit ou évite le sujet -
J'ai l'impression de n'avoir pas le droit d'exprimer ma souffrance et mon désespoir. Votre mal-être devient un sujet tabou. 

Sans parler des phrases toutes prêtes qu'on affirme sans arrêt :  "comment vas-tu ?" ou encore "Il y a une autre vie après le divorce", "tu n'es ni la première, ni la dernière à qui ça arrive" ou encore la bonne copine "t'inquiètes pas, tu trouveras bien un autre mec" et elle t'emmène draguer pour soulager ta peine…. Des phrases qui, à force de les entendre, vous horripilent
.  Mais ce genre de phrases ne sont pas forcément malveillantes : elles vont vous révolter, vous faire mal et vous enfoncer un peu plus bas  le plus souvent. Alors pourquoi les répétons à chaque divorce? je pense qu'il faut les entendre, entendre ces voix vous parler du futur même si, pour vous, l'horizon est un vrai trou noir, le vide. Ces phrases vous permettront , quand un jour votre moral sera à zéro, de vous battre et de ne pas vous laisser écraser par la souffrance... Pourquoi, parce qu'à force, elles seront ancrées dans votre cerveau.
 

Il est clair que les autres ne savent pas quoi faire avec vous -
excepté des amis qui ont déjà connu ce genre d'épreuve, et à condition qu'ils s'en soient bien sortis quand vous leur demanderez de l'aide -  Mais sauront-ils quelle aide vous apporter ? Parce que vous même, vous ne savez pas ce que vous voulez - A part ne plus pleurer et ne plus souffrir et qu'on vous laisse tranquille - Les autres sont là pour vous aider à tenir et à garder la tête un peu hors de l'eau. Leur rôle et de vous écouter mais surtout n'attendez pas des réponses, il ne faut pas non plus  les laisser juger votre situation, ni accuser votre conjoint, ce qui s'est passé entre vous ne regarde personne - j'ai du mettre les choses au point avec ma famille à ce sujet, je leur ai demandé de respecter mon mari car il est le père de mes enfants - Les autres sont là pour vous relever, pour vous changer les idées, mais surtout ne comptez pas sur eux pour régler vos problèmes. Le divorce est votre problème et c'est à vous, et à vous seule de le résoudre au mieux. Toute aide, même discrète, qu'on vous offre, n'est surtout pas à refuser. Ils ne peuvent pas tout faire, mais quand ils sont d'accord pour vous aider, acceptez leur soutien, même si vous devez leur expliquer que vous souhaitez être aidée d'une autre manière.

 


Et à ce propos, une dédicace à ma petite soeur que j'adore et qui est toujours là pour moi dans ces moments de galère...

DOMI

Voir les commentaires

2007-06-21T23:00:00+02:00

ZONES NEUTRES

Publié par Domi

 

Après le partage des effets personnels, nous adhérons au quadrillage de la  maison en zones neutres dans lesquelles, il sera possible pour nous deux d'exister sans gêner l'autre. Ces zones évidemment, ne concernent en rien nos deux enfants qui évoluent comme d'habitude dans toutes les pièces, mais avec une préférence pour leur chambre qui devient un refuge providentiel.

 

En ce qui concerne, mon mari et moi, pas trop de difficultés puisque depuis un an environ, ces zones neutres ont commencé à se préciser sérieusement. En effet, j'ai un bureau qui est plutôt mon domaine puisqu'il y a mon PC et les livres que j'utilise pour mes recherches quand j'écris. A daté du jour de notre décision de nous séparer, ce bureau est devenu pour moi mon refuge et ma zone neutre quand j'ai envie de m'isoler. Quant à mon mari, il a choisi de me laisser la chambre et de dormir sur le canapé de la salle à manger qui devient sa zone neutre puisqu'il a son PC et la télévision; moi en général, je regarde celle de ma fille dans sa chambre puisqu'elle est rarement à la maison en ce moment (normal !!). Ainsi pas de souci de programmation, n'ayant  pas les mêmes goûts en ce qui concerne les séries ou émissions, chacun regarde le programme qu'il a envie de regarder.

 

Les pièces communes de la maison restent la cuisine qui devient un vrai self-service  - plus personne ne mange aux mêmes heures – la salle de bains, la buanderie, le garage etc. Quant à moi, je continue à assumer mon rôle de mère (lavage, repassage et courses …) ne travaillant pas pour l'instant, mais parfois je le fais sans enthousiasme et forcée – ça peu se comprendre -  La situation la plus pénible à vivre, c'est d'accepter l'indépendance que prend peu à peu votre conjoint et apprendre à ne plus lui poser des questions quand il sort ou ne rentre pas (ce qu'il ne fait jamais pour l'instant). Vous ne devez plus penser en couple mais en solitaire. Au début c'est très perturbant, vous avez l'impression qu'il vous manque votre moitié, vous n'arrivez pas à le détacher de votre esprit, vous réagissez au moindre bruit (moi c'est les bruits des motos qui me font réagir) … Vous avez des méchants réflexes de votre vie commune qui reviennent au galop, il devient difficile de lui parler au téléphone et même lui dire bonjour ou bonsoir est une vraie torture. On ne peut pas rayé de sa vie, un homme qu'on a aimé pendant 20 ans. Mais je vous assure pour qu'il n'y ait pas de problèmes plus violents, c'est la seule manière d'agir pour se préserver un peu avant la séparation qui va être une autre paire de manches.

 

GROS BISOUS

DOMI

 

 

 

Voir les commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog