Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ANTHONY HOPKINS CITATIONS

Publié le par Domi Sorcière d'Arcane

ANTHONY HOPKINS CITATIONS
Sir Anthony Hopkins, né le 31 décembre 1937 à Port Talbot (Pays de Galles), est un acteur britannique naturalisé américain en 2000.Figure majeure du cinéma anglo-saxon, parfois considéré comme l'un des meilleurs acteurs encore vivants, il est surtout connu pour son interprétation du psychopathe cannibale du Silence des agneaux (1991), le Dr Hannibal Lecter.
 
 

Ma philosophie est : ce n'est pas mon affaire ce que les gens disent de moi et pensent de moi. Je suis ce que je suis et je fais ce que je fais. Je n'attends rien et j'accepte tout. Et cela rend la vie beaucoup plus facile.

Nous sommes en train de mourir de trop réfléchir. Nous nous tuons lentement en pensant à tout. Penser. Penser. Penser. Vous ne pouvez jamais faire confiance à l’esprit humain en tout cas. C’est un piège mortel.

Savourez tout ce qui est en vous, les imperfections, l’obscurité, la richesse et la lumière et tout le reste. Et cela fait une vie pleine.

Si vous faites des choses, qu'il s'agisse de la musique ou de la peinture, faites-le sans crainte, c'est ma philosophie. Parce que personne ne peut vous arrêter et vous mettre en prison si vous peignez mal, donc il n'y a rien à perdre.

ANTHONY HOPKINS CITATIONS

Publié dans CITATIONS

Partager cet article
Repost0

UN OURAGAN - QU'ALLEZ-VOUS CHOISIR ?

Publié le par Domi Sorcière d'Arcane

UN OURAGAN  - QU'ALLEZ-VOUS CHOISIR ?

Les drames dévastent votre vie comme un ouragan. Ils déracinent tout. Ils créent le chaos. Vous devez attendre, attendre que la poussière se dépose pour faire un choix. Vous pouvez choisir de vivre au milieu des décombres et faire comme si tout était intact. Ou vous pouvez vous extirpez des ruines pour tout reconstruire. Après l'ouragan, l'important c'est de continuer à vivre. Mais si vous êtes comme moi, C'est l'ouragan qui vous intéresse. Lorsqu'on poursuit un ouragan, le problème c'est que ça vous épuise et vous casse le moral. Alors il faut passer à autre chose.

Véronica Mars

UN OURAGAN  - QU'ALLEZ-VOUS CHOISIR ?
UN OURAGAN  - QU'ALLEZ-VOUS CHOISIR ?

Il n'y a que cela qui fasse tenir le monde debout, la fidélité des hommes à ce qu'ils ont choisi.

Ouragan (2010) de Laurent Gaudé

Publié dans CITATIONS

Partager cet article
Repost0

La procrastination

Publié le par Domi Sorcière d'Arcane

La procrastination

“Vivez si m’en croyez, n’attendez à demain. Cueillez dès aujourd’hui les roses de la vie.”
Pierre de Ronsard
De Pierre de Ronsard / Sonnets pour Hélène

La procrastination

“Il y a l'autre fainéant, le fainéant bien malgré lui, qui est rongé intérieurement par un grand désir d'action, qui ne fait rien parce qu'il est dans l'impossibilité de rien faire, puisqu'il est comme en prison dans quelque chose.”
Vincent Van Gogh
De Vincent Van Gogh / une lettre à son frère Théo

La procrastination

“Rien n'est aussi fatiguant que de remettre perpétuellement à plus tard une tâche inachevée.”
William James
De William James / une lettre à Carl Stumpf, 1886

Publié dans CITATIONS

Partager cet article
Repost0

LA FEMME "BELLE DU SEIGNEUR" - CITATIONS

Publié le par Domi Sorcière d'Arcane

"L'amour est roi, la femme en est la reine" Mazouz Hacène  - réflexion

"L'amour est roi, la femme en est la reine" Mazouz Hacène - réflexion

De tout temps, la Femme fut un sujet qui fît couler beaucoup d'encre, elle fût la muse qui inspirât bien des écrivains, poètes et peintres en tout genre.
Femme, objet de désir, est au centre de tant de poèmes et de chansons. "Béate d'être tenue et guidée, elle ignorait le monde, écoutait le bonheur dans ses veines, parfois s'admirant dans les hautes glaces des murs, élégante, émouvante, exceptionnelle, femme aimée..." (Belle du Seigneur)

LA FEMME "BELLE DU SEIGNEUR" - CITATIONS


Nous sommes les batman des femmes, nous veillons sur elles dans leur sommeil comme il veille sur Gotham pour maintenir la paix. Moi je maintient la lumière dans son coeur.

Jackal T

https://citations.ouest-france.fr/theme/femme/


Les femmes sont toutes différentes. Fondamentalement, ils sont une combinaison de ce qui est pire et de ce qu'il y a de mieux au monde, magiques et terribles.

Charles Bukowski

https://citations.ouest-france.fr/theme/femme/

LA FEMME "BELLE DU SEIGNEUR" - CITATIONS

ET je dis aux Femmes trois choses, votre indépendance économique est la clé de votre libération, ne laissez rien passer dans les gestes, le langage, les situations qui attentent à votre dignité, ne vous résignez jamais.

Gisèle Halimi

https://citations.ouest-france.fr/theme/femme/

Publié dans COUP DE COEUR

Partager cet article
Repost0

IMPUISSANCE & LACHER PRISE

Publié le par Domi Sorcière d'Arcane

IMPUISSANCE & LACHER PRISE

Parfois nous sommes impuissants, car certaines choses ne dépendent pas de nous. Cela nous pousse à apprendre le "lâcher-prise", à ne pas vouloir tout contrôler, à grandir dans la confiance, dans le détachement, dans l'humilité, dans la sérénité, dans l'amour

Frédéric Le noir

IMPUISSANCE & LACHER PRISE

Ne soyez pas découragés par votre incapacité à chasser les ténèbres du monde. Allumez votre petite bougie et allez de l'avant

AMMA

Publié dans CITATIONS

Partager cet article
Repost0

Le berger amoureux de l’aurore

Publié le par Domi Sorcière d'Arcane

Le berger amoureux de l’aurore

♥  merci à Pat pour cette légende : http://freeriders.over-blog.net/
 

Au pied de la face nord du Mont Bego, s’étend une large vallée où tout est calme et douceur. Une source cristalline y jaillit entre deux rocs. Au printemps, alors que la neige est encore partout présente, la source est entourée d’un superbe parterre de fleurs multicolores. Une vieille histoire donne l’explication de ce miracle.


Il y a bien longtemps de cela, tout près du lac Vert, un jeune berger vivait heureux, en parfaite harmonie avec la nature. Les bêtes étaient ses amies. Autour de sa petite cabane de pierre, les marmottes vivaient en toute quiétude. Le soir, les bouquetins et les chamois descendaient des montagnes et venaient rendre visite au berger qui leur parlait d’une voix douce. Les animaux l’écoutaient, et restaient sous le charme de la musique des mots et des phrases. Car ce berger était un poète : il ne savait ni lire ni écrire mais savait la poésie. Il composait aussi des chansons à la gloire de sa montagne. Les mots qu’il ne pouvait écrire, il les dessinait sur la roche, ces belles dalles aux couleurs de feu qui, depuis les lacs Jumeaux partaient à l’assaut du Mont Bego. Ces gravures délicates disaient tout l’amour qu’il portait à sa montagne et exprimaient un rêve qu’il croyait pouvoir réaliser un jour. Il se levait tous les matins tôt pour voir l’aube blanchir le ciel et annoncer l’aurore. Il ne rejoignait sa cabane qu’au moment où les doigts roses de l’aurore avaient caressé les signes d’amour qu’il avait gravés. Il la voyait descendre lentement les pentes du Bego et s’attarder sur les grandes chiape* où il écrivait son ardente déclaration. Il était certain que l’Aurore était vivante et qu’elle lisait son message. Le berger était amoureux de l’Aurore. Peu à peu, il acquit la conviction que l’objet de son amour impossible se cachait au sommet de la montagne. Prisonnier de son rêve, il l’était à tel point qu’un matin son esprit imaginatif crut apercevoir une jeune femme danser dans les nuages roses entourant le sommet. Alors, n’y tenant plus, il résolut à gravir le Bego pour surprendre Aurore à son réveil. Il attendit pour cela une nuit de pleine lune.

Laissant ses moutons sous la garde de son chien, il partit à la tombée du jour. Il marcha tout d’abord d’un bon pas sur les grandes dalles lisses puis se retrouva au pied de la paroi verticale qu’il entreprit d’escalader. Les premiers mètres lui parurent faciles mais peu à peu l’ascension se fit plus rude, les prises devenaient rares, les précipices vertigineux. Cependant, pas une seconde il ne songea à renoncer. Il s’engagea dans un couloir aux roches instables. Il progressait lentement dans ce passage délicat, trop lentement ! A l’est le ciel s’éclaircissait. Le berger n’avait pas peur de tomber mais d’arriver trop tard. L’aube se levait, le berger était tout proche du sommet, il accéléra encore l’allure. Tout à coup, une pierre se déroba sous ses pieds, il ne put se rattraper, tomba dans le vide et alla s’écraser au pied de la paroi. Lorsque le jour se leva, la clarté rose de l’aurore illumina le Bego avec plus d’intensité que d’habitude. Elle descendit lentement dans les parois sombres que le pâtre avait gravies quelques heures plus tôt. Dès que ses doigts roses touchèrent le corps sans vie du berger, Aurore s’arrêta et ce jour-là, la vallée demeura dans l’ombre. Le corps disparut et à l’endroit où il était tombé naquit une source cristalline.

Le pâtre ne rentrait à Casterino que lorsque la neige le chassait de sa montagne de sorte que ses amis bergers ne s’inquiétèrent pas de son absence. Ce n’est que lorsque les premières neiges blanchirent les prairies qu’ils se mirent à sa recherche. Il avait beaucoup neigé et cette chute précoce aurait pu surprendre leur ami. Au prix d’efforts surhumains, ils essayèrent de rejoindre le lac Vert. Ils étaient seulement à mi-chemin quand la tourmente se leva. La mort dans l’âme, ils durent renoncer et redescendirent à Casterino puis à Tende. Quelques semaines plus tard, on était alors en plein cœur de l’hiver, on vit arriver au village un troupeau de moutons. C’étaient les bêtes du berger disparu mais elles étaient conduites par une jeune femme aux longs cheveux d’or, toute de blanc vêtue. Cette jeune femme était inconnue dans la vallée mais tous les villageois la dévisagèrent avec insistance tant elle ressemblait à leur ami berger. La curiosité fit alors place à un vif étonnement. Après avoir conduit les bêtes dans une bergerie, on invita la belle inconnue à se joindre à la veillée. Pressée de questions, elle fit le merveilleux récit de la mort du jeune pâtre Évidemment, personne ne voulut croire à cette histoire. Alors la jeune femme indiqua le lieu précis de sa chute et conseilla aux villageois de s’y rendre au printemps suivant. Puis elle quitta ses hôtes, laissant les hommes sous le charme de sa très grande beauté et les femmes envoûtées par son récit extraordinaire. Elle s’évanouit dans la belle nuit d’hiver et jamais plus on ne la revit à Tende. Mais cette nuit-là les étoiles brillaient de leur plus bel éclat...

Au printemps, tous les villageois accompagnèrent les bergers à l’alpage de Casterino. Puis, laissant les bêtes au fond de la vallée, tous remontèrent le vallon du lac Vert. Plus haut, au pied des grandes chiape*, ils découvrirent la source magique chantant au milieu d’un parterre de fleurs multicolores. Afin de garder impérissable le souvenir de leur ami et de son impossible amour, les bergers baptisèrent la source Fontanalba, la source de l’aube, cette aube fatale qui lui a refusé l’amour de la fée Aurore.
Depuis, chaque année, au printemps, le miracle de l’Amour s’accomplit : tout autour de la source, au milieu des neiges, un merveilleux jardin fleurit sous les doigts roses de la fée Aurore.

* chiape : grandes dalles polies par les glaciers de la région du Mont Bego
 

Le berger amoureux de l’aurore

Publié dans CADEAUX ARCANE

Partager cet article
Repost0

LA SORCIERE AMOUREUSE

Publié le par Domi Sorcière d'Arcane

LA SORCIERE AMOUREUSE

C’était une vieille, très vieille sorcière. Elle habitait une maisonnette au fond des bois, près de la source des trois rochers. Un jour, un jeune homme passa devant sa fenêtre. Il était beau. Plus beau que les princes des contes de fées. Et bien plus beau que les cow-boys des publicités télévisées. La vieille sorcière fut émue, tout d’abord, puis troublée, et enfin amoureuse. Plus amoureuse qu’elle ne l’avait jamais été. Naturellement, elle ne ferma pas l’œil de la nuit. Elle feuilleta toutes sortes de vieux grimoires remplis de formules magiques, elle courut les bois à la recherche d’ingrédients mystérieux, elle coupa, hacha,mixa,mélangea, pesa,ajouta,remua,goûta... Et au petit matin, elle mit en bouteilles un plein chaudron d’élixir pour rajeunir.

Au début de l’après-midi, elle avala une bouteille d’élixir. Comme c’était très amer, elle procédait ainsi: un verre d’élixir, un carré de chocolat, un verre d’élixir, un bonbon à la fraise. Et ainsi de suite. Après le dernier verre, elle était redevenue jeune et jolie. Si jolie quelle aurait pu faire carrière au cinéma. Ou devenir institutrice. Avec deux toiles d’araignées, un peu de poudre de crapaud et une formule magique découpée dans le journal de mode des sorcières, elle se confectionna une merveilleuse robe décolletée, garnie de dentelles. Dans son jardin, elle cueillit une rose blanche, la trempa dans un philtre d’amour et l’épingla à son corsage. Ensuite, elle s’assit sur un banc, devant la porte, et attendit.

Elle n’attendit pas longtemps. Sur le chemin, apparut le beau jeune homme, vêtu d’un riche costume brodé d’or, une fleur blanche à la boutonnière. Le jeune homme salua la sorcière, la conversation s’engagea et, comme la sorcière était pressée, au bout d’un quart d’heure, le jeune homme était fou amoureux. Cinq minutes après, ils échangeaient leur premier baiser.Puis brusquement, la sorcière se leva et dit très vite:

-A demain, mon bel amour!

Et elle s’enferma à double tour dans sa maisonnette. Il était temps! Quelques secondes plus tard, la belle jeune fille était redevenue une vieille, très vieille sorcière: l’élixir avait cessé d’agir. Et ce fut ainsi tous les jours. Une bouteille d’élixir pour rajeunir, des mots d’amour murmurés, quelques baisers échangés, puis vite, très vite, des adieux pressés.Le beau jeune homme ne se plaignait jamais. Il disait en souriant: «Adieu, ma belle!», et il partait sans même se retourner. Après quelques semaines, par un bel après-midi d’été, la sorcière déclara à son jeune homme qu’elle voulait l’épouser. Le jeune homme baissa les yeux en rougissant, et ils fixèrent le mariage au lendemain matin.Le lendemain, donc, la vieille sorcière avala trois grandes bouteilles d’élixir pour rajeunir.Ca lui donna d’atroces douleurs d’estomac, mais,il fallait bien passer par là.Les deux amoureux se marièrent au village voisin. Puis ils s’en retournèrent bien vite jusqu’à la maisonnette au fond des bois.Dès qu’ils furent entrés, la sorcière ferma la porte à double tour: dans la cuisine, elle prépara une tisane pour son jeune époux, puis alla chercher dans la salle à manger les gâteaux aux pattes de mouche qu’elle faisait elle-même.Mais l’élixir avait cessé d’agir. Quand elle revint à la cuisine, elle était redevenue une vieille, très vielle sorcière, aunez crochu,aux dents gâtées et à la peau plus ridée que du papier froissé.Lorsqu’il la vit ainsi, son jeune mari la fixa un long moment sans rien dire. Puis,soudain, il éclata de rire:

-Vieille sorcière, ton élixir pour rajeunir ne vaut pas grand-chose! Mais rassure-toi, le mien n’est pas meilleur.Et, secoué d’un grand fou rire, le beau jeune homme se transforma peu à peu en un vieux, très vieux sorcier, au nez crochu, aux dents gâtées et à la peau plus ridée que du papier froissé

Histoires Pressées, Bernard Friot, Milan Jeunesse

LA SORCIERE AMOUREUSE

Publié dans CONTES DIVERS

Partager cet article
Repost0

REIKI ET MEDITATION

Publié le par Domi Sorcière d'Arcane

REIKI ET MEDITATION
REIKI ET MEDITATION
REIKI ET MEDITATION
REIKI ET MEDITATION
REIKI ET MEDITATION

Publié dans PAROLES DE SAGE

Partager cet article
Repost0

LA SAISON D'AUTOMNE

Publié le par Domi Sorcière d'Arcane

Dicton du jour : " Quand vient la Saint Mathieu, on peut dire à l'été, adieu "

Dicton du jour : " Quand vient la Saint Mathieu, on peut dire à l'été, adieu "

La saison de l'automne commence le jour de l'équinoxe d'automne, une journée où le jour et la nuit sont de durée équivalente. En 2020, l'équinoxe d'automne est le 23 septembre dans l'hémisphère nord.

C'est la saison des couleurs chaudes où les arbres se parent de rouge, de jaune et de orange, et où le climat est encore très doux. "L'automne est le printemps de l'hiver", disait le peintre Henri de Toulouse-Lautrec. Outre sa douceur, le climat de l'automne a de plus la particularité d'être rarement décevant, comme l'indique ce dicton populaire : "Bel automne vient plus souvent que beau printemps."

Les gourmets savent que l'automne est la saison idéale pour déguster les champignons, les pommes, le raisin, les poires et les marrons chauds...

L'automne, c'est également la saison où les jardiniers préparent le printemps. En effet leurs efforts déployés en automne seront récompensés par la renaissance éclatante des jardins dès le mois d'avril, et pour toute la belle saison.

Dans les régions viticoles les saisonniers sont en pleine activité, car c'est la saison des vendanges. La récolte du raisin, en France, a lieu principalement en septembre et en octobre, et emploie pour l'occasion de nombreux saisonniers...

 

Source : https://www.lemagfemmes.com/Vie-quotidienne/Automne.html

LA SAISON D'AUTOMNE

Publié dans ARTICLES DIVERS

Partager cet article
Repost0

ECOUTE- MOI

Publié le par Domi Sorcière d'Arcane

ECOUTE- MOI

Écoute-moi, s'il te plaît, j'ai besoin de parler.
Accorde-moi seulement quelques instants,
Accepte ce que je vis, ce que je sens,
Sans réticence, sans jugement.

Écoute-moi, s'il te plaît, j'ai besoin de parler.
Ne me bombarde pas de conseils et d'idées,
Ne te crois pas obligé de régler mes difficultés.
Manquerais-tu de confiance en mes capacités ?

Écoute-moi, s'il te plaît, j'ai besoin de parler.
N'essaie pas de me distraire ou de m'amuser,
Je croirais que tu ne comprends pas
L'importance de ce que je vis en moi

Écoute-moi, s"il te plaît, j'ai besoin de parler.
Surtout, ne me juge pas, ne me blâme pas.
Voudrais-tu que ta moralité
Me fasse crouler de culpabilité ?

Écoute-moi, s'il te plaît, j'ai besoin de parler
Ne te crois pas non plus obligé d'approuver
Si j'ai besoin de me raconter
C'est simplement pour être libéré

Écoute-moi, s'il te plaît, j'ai besoin de parler
N'interprète pas et n'essaie pas d'analyser
Je me sentirais incompris et manipulé
Et je ne pourrais plus rien te communiquer

Écoute-moi, s'il te plaît, j'ai besoin de parler.
Ne m'interromps pas pour me questionner,
N'essaie pas de forcer mon domaine caché.
Je sais jusqu'où je peux et veux aller

Écoute-moi, s'il te plaît, j'ai besoin de parler.
Respecte les silences qui me font cheminer.
Gardes-toi bien de les briser,
C'est par eux bien souvent que je suis éclairé.

Alors maintenant que tu m'as bien écouté
Je t'en prie, tu peux parler
Avec tendresse et disponibilité
À mon tour, je t'écouterai

Jacques Salomé

ECOUTE- MOI

Publié dans POÉSIES DIVERS

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 200 > >>