Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

DESILLUSION

Publié le par Ambrose BIERCE

Les trois miroirs de sparkling-diamond

MIROIR. Surface vitreuse sur laquelle est reflétée une immage fugitive pour la grande désillusion de l'homme.

Ambrose BIERCE - Extrait du Dictionnaire du diable

Publié dans PROVERBE DU JOUR

Partager cet article
Repost0

BANQUIER

Publié le par ANONYME

 

KURN Marie-Pierre

L'homme au Parapluie

http://www.ad-lines.com/

 

 

Banquier : Celui qui vous prête son parapluie quant il fait beau et vous l'arrache dès qu'il commence à pleuvoir.

 

 

Publié dans PROVERBE DU JOUR

Partager cet article
Repost0

LE BANQUIER DES PAUVRES

Publié le par SOURCE : BANGLADESH - MARIANNE MEUNIER

Il est des personnalités avec lesquelles il est toujours judicieux de se montrer. L’économiste bangladais Muhammad Yunus (66 ans), le « banquier des pauvres », est de ceux-là. C’est simple, il est en passe de devenir la coqueluche des dirigeants occidentaux. Il en profite pour faire parler du « microcrédit », cette méthode de financement qui, moyennant un modeste prêt sans garantie, permet aux plus pauvres de démarrer une activité professionnelle et de sortir de la misère. 5,7 milliards de dollars ont à ce jour été distribués par la Grameen Bank, l’établissement qu’il a créé.

Le 16 décembre, dans la matinée, le Prix Nobel de la paix 2006, de retour d’Oslo où il venait de recevoir son prix, a fait escale à Londres, où il a rencontré le Premier ministre Tony Blair. Dans l’après-midi du même jour, il a été chaleureusement reçu, à Paris, par le président Jacques Chirac. Les deux hommes ont parlé de « financement du développement »…

Après avoir félicité Yunus pour son « idée ambitieuse et généreuse fondée sur une intuition simple et économiquement rationnelle », cette « utopie concrète » qui permet aux plus pauvres d’être « les acteurs de leur libération », le président français a rappelé l’engagement de son pays - et le sien propre - dans la recherche de « mécanismes innovants » pour lutter contre la pauvreté. C’est le cas de la « taxe sur les billets d’avion » qu’il a présentée en grande pompe le 28 février dernier, dont les recettes doivent être affectées à l’achat de médicaments.

Le 18 décembre, le Prix Nobel s’est entretenu avec Franck Riboud, le PDG de Danone, du lancement d’un fonds d’investissement baptisé Danone Communities. L’objectif est de financer des projets rentables, bien sûr, mais ayant un « impact social ».

Publié dans ARTICLES DIVERS

Partager cet article
Repost0

WEEK-END

Publié le par ANONYME

http://gouttederosee.blogspot.com/

Bonjour à tous,

 

Juste un proverbe pour le week-end, je vous lâche jusqu'à lundi pour pourvoir faire de nouvelles recherches et me permettre de vous écrire d'autres articles. Je vais en profiter également pour surfer un peu sur le Net pour visiter de nouveaux blogs .... Mais je lirai quand même vos coms, alors n'hésitez pas à me donner votre avis sur mes articles.


 

On arrivera bien, finalement, à réduire la semaine de travail de façon que chacun puisse cumuler trois emplois différents tout en conservant ses week-ends libres.

ANONYME

 

Publié dans PROVERBE DU JOUR

Partager cet article
Repost0

UN BEBE DE TROIS SEMAINES DISPARAIT

Publié le par LCI - TF1

 

Je devais vous faire qu'un seul article pour ce week-end, mais en apprenant la nouvelle j'ai pensé qu'il serait bien de mettre ce fait divers sur mon blog:

Un bébé de trois semaines a disparu vendredi à l'hôpital de Montfermeil, en Seine-Saint-Denis, alors que sa mère l'avait confié à une connaissance le temps de sa consultation, a indiqué la mairie de Montfermeil. A la sortie de son rendez-vous, la "connaissance" de la jeune mère et "le bébé avaient disparu", a expliqué Xavier Lemoine, maire (UMP) de Montfermeil.

L'élu a précisé que "ceci n'était pas un enlèvement au sein de l'hôpital de la ville". Après avoir constaté la disparition de son bébé, la maman "aurait cherché son enfant dans l'hôpital et serait retournée chez elle à Chelles" avant d'alerter la police, a expliqué la police.

Selon la même source, la femme à qui la maman a confié son enfant pendant la consultation "était hébergée chez elle, ainsi que son mari, et serait plus ou moins sans domicile fixe". La maman du bébé a dit "ne pas connaître le nom de cette personne" à qui elle avait confié le bébé, a ajouté la police.

Source : LCI.fr - TF1


Publié dans ARTICLES DIVERS

Partager cet article
Repost0

ARGENT

Publié le par LA ROCHEFOUCAULD

Il faut gouverner la fortune comme la santé : en jouir quand elle est bonne, prendre patience quand elle est mauvaise.

La Rochefoucauld

Allégorie : Roue de la Fortune

Publié dans PROVERBE DU JOUR

Partager cet article
Repost0

AMBIANCE

Publié le par Jacques ATTALI

La musique d'ambiance n'est pas innocente. Elle n'est pas qu'une façon de dominer les bruits pénibles du travail. Elle peut être l'annonce du silence général des hommes.

Jacques ATTALI - Extrait de BRUITS

Publié dans PROVERBE DU JOUR

Partager cet article
Repost0

CONCOURS INSOLITE

Publié le par ASSOCIATED PRESS(AP) DAVID GOODMAN

 
Les avertissements farfelus font l'objet d'un 10e concours


 

La couverture du guide 2007 des 101 zavertissements les plus bêtes, stupides et farfelus» représente une notice d'information montrant une poussette, conseillant «d'enlever l'enfant avant de replier».  


Ne mettez personne dans la machine à laver. Ne faites pas sécher votre téléphone portable dans le micro-ondes. Assurez vous de ne pas lire le bottin en conduisant... ces phrases figurent parmi les vainqueurs du 10e concours de l'avertissement le plus farfelu, organisé par une association basée à Detroit qui milite contre la propension des Américains à intenter des procès pour toutes sortes de motifs.

La Ligue du Michigan contre les procès indus a choisi les vainqueurs parmi 150 propositions, explique le président de l'association, Robert Dorigo Jones. Cinq finalistes ont été choisis vendredi, puis ont été départagés par les auditeurs d'une radio locale, WOMC-FM.

Le vainqueur de la 10e édition est un avertissement apposé sur une machine à laver. «Ne mettez PERSONNE dans cette machine», est-il stipulé.

Il a été envoyé par Bob Wilkinson, propriétaire d'une laverie automatique qui s'est toujours demandé pourquoi les machines à laver Huebsch Originators comportaient cet avertissement. C'est en raison d'un procès après le décès d'une personne qui s'est introduite dans l'engin en marche, explique-t-il.

«J'ai eu de petits enfants qui sont venus ici et sont rentrés dans un des séchoirs ou les machines à laver. Mais personne ne les mis en marche», note-t-il. Les Américains, estime M. Wilkinson, ont trop tendance à faire des procès lorsque quelque chose tourne mal, sans s'interroger sur leur responsabilité éventuelle. Donc, «l'entreprise essaie de se protéger contre les poursuites tordues».

Patti Andresen-Shew, directrice du marketing d'Alliance Laundry Systems, un fabricant de machines à laver, souligne au contraire que cette notice n'a rien de farfelue. Le hublot de chargement, fait-elle valoir, se trouve exactement à la hauteur d'un enfant de quatre ans. «C'est la mère qui parle, et non la porte-parole d'une entreprise», dit Mme Andresen-Shew.

Des procès, confirme-t-elle, ont été intentés à des compagnies, «heureusement pas la nôtre», pour ce type d'incidents parfois dramatiques. Selon le Centre pour la justice et la démocratie, ces avertissements jouent un rôle vital de protection du public.

«Souvent, c'est seulement grâce à des procès intentés par des consommateurs blessés que les fabricants ont été contraints d'apposer des avertissements cruciaux sur des produits dangereux, sauvant des millions de vie et empêchant la survenue d'innombrables blessures», ajoute le Centre.

Robert Dorigo Jones convient que ces avertissements sont importants, mais fait appel au bon sens. Les libellés sont parfois si étranges que les gens les ignorent, ajoute l'auteur du guide 2007 des 101 «avertissements les plus bêtes, stupides et farfelus». La couverture de l'ouvrage représente une notice d'information montrant une poussette, conseillant «d'enlever l'enfant avant de replier»...

La deuxième place du concours est revenue au mode d'emploi accompagnant un bateau à moteur: «N'utilisez jamais une allumette allumée ou une flamme nue pour vérifier le niveau de carburant».

À la troisième place, ex-aequo, sur un ticket de loterie: «Ne pas repasser», et sur un téléphone portable: «ne pas tenter de faire sécher dans un four à micro-ondes». Mention honorable, enfin, à un annuaire téléphonique qui explique en couverture: «Ne pas utiliser SVP cet annuaire en conduisant un véhicule en mouvement».

source : David GOODMAN (AP)

Publié dans INSOLITE

Partager cet article
Repost0

LOGEMENTS

Publié le par Abbé Pierre

Il y aura chaque hiver le "scandale des sans-logis" et chaque été la "violence des banlieues".

ABBE PIERRE

Publié dans ARTICLES DIVERS

Partager cet article
Repost0

REQUISITION DES LOGEMENTS VACANTS

Publié le par TEMPS REEL NOUVEL OBS

Un immeuble investi pour lutter contre le mal-logement

 

A l'initiative de trois associations, une centaine de personnes occupent un bâtiment vide situé rue de la Banque, à deux pas de la Bourse de Paris.

 

Sur la façade du 24, rue de la Banque, à Paris

Sur la façade du 24, rue de la Banque, à Paris (LM/NO)

Deux jours après les voeux de Jacques Chirac, qui a demandé au gouvernement d'avancer sur le droit au logement opposable, plusieurs associations de mal-logés et de "jeunes précaires" ainsi qu'une centaine de personnes, dont une dizaine de familles, continuaient, mardi 2 janvier d'occuper un immeuble en plein coeur de Paris.
Tous exigent notamment la réquisition des bâtiments vides appartenant à de gros propriétaires. "Jeudis Noirs" -collectif d'étudiants et de "jeunes actifs" incapables de se loger décemment en raison de la flambée des loyers- ainsi que l'association Droit au logement (DAL) ou encore le Comité des sans-logis (CDSL) et le Mouvement d'animation culturelle et artistique de quartier (Macaq) sont à l'origine de cette action.
Les occupants comptent faire du bâtiment, vide depuis trois ans et situé au 24 de la rue de la Banque, dans le 2e arrondissement de Paris, le "ministère de la Crise du Logement", pour faire pression sur le gouvernement et "obliger les partis" à se positionner sur la question de l'exclusion durant toute la campagne pour la présidentielle et les élections législatives.
 
Dans la droite ligne des Enfants de Don Quichotte
 
Droit au logement a expliqué les objectifs de cette occupation. Il s'agit en premier lieu, selon un communiqué de l'association, de "loger et reloger dans l'attente d'un logement durable des familles expulsées, chassées par la pression de la spéculation immobilière, mais aussi des étudiants, des artistes, et, c'est plus nouveau, des jeunes salariés, eux aussi frappés par la hausse incontrôlée des loyers et de l'immobilier".
En outre, les occupants veulent "organiser des actions et des initiatives pour contrer le mal-logement et la pénurie et faire de ce lieu un véritable 'QG associatif contre la crise du logement', rassembleur, ouvert, pragmatique et militant".
"Notre action s'inscrit dans la droite ligne de ce que font les Enfants de Don Quichotte. Et nous espérons tous que cette poussée formidable va permettre de faire craquer les politiques", a expliqué lundi à l'Associated Press le président de DAL, Jean-Baptiste Eyraud.
 
Vendu le 8 janvier prochain?
 
L'immeuble d'un peu plus de 1.000 m2, haut de six étages -huit niveaux en comptant les sous-sols- appartient à la Lyonnaise des Banques. Il abritait jusqu'au 18 décembre 2003 des bureaux du CIC. Vide depuis la fin mars 2004, il a été mis en vente à la mi-avril 2004 mais la transaction a été bloquée à la suite de la décision d'un acquéreur potentiel, qui avait été éconduit, d'exercer un recours en justice, selon un porte-parole de la Lyonnaise de Banque, filiale du Crédit Mutuel-CIC.
Depuis, la nouvelle date de vente a été fixée à lundi 8 janvier. Selon la même source, la signature est maintenue, "même s'il est plus difficile de vendre un immeuble dans ces conditions-là".
Situé à deux pas de la Bourse de Paris, deux banderoles ornent désormais les façades de l'immeuble: "Application de la loi de réquisition", "Contre la spéculation, réquisition!".
L'immeuble est en bon état. Des sanitaires en état de fonctionner sont installés à chaque étage, et il y a l'électricité.
Les premiers squatteurs sont en fait entrés dans les lieux dans la plus grande discrétion il y a une dizaine de jours, pirouette légale pour éviter toute expulsion manu militari: si les occupants sont en mesure de prouver qu'ils sont dans les lieux depuis 48 heures et qu'il n'y a pas de trace d'effraction, l'évacuation n'est plus possible sans une procédure en bonne et due forme.
 
Ouverture au public le 11 janvier
 
De leur côté, les associations ont annoncé mardi que le "ministère de la Crise du logement" ouvrira au public le jeudi 11 janvier.
"Ca se met en place. On commence à installer le matériel pour les associations", a déclaré Sammy, de Jeudi Noir, une jeune femme de 24 ans qui ne veut pas donner son nom.
"La véritable inauguration aura lieu le 11", date de l'ouverture au public du rez-de-chaussée et du 1er étage, où sont installées diverses associations ayant toutes trait au logement. "On veut (...) qu'il se passe des choses concrètes dans les mois à venir et on veut faire du logement un des thèmes principaux de la campagne présidentielle", affirme-t-elle.
Les associations ont reçu le "soutien" de l'Union syndicale Solidaires, qui compte notamment Sud.

 SOURCE : NOUVELOBS.COM | 03.01.2007 | 10:54

 

Publié dans ARTICLES DIVERS

Partager cet article
Repost0