Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Commanditer le meurtre d'un ami, c'est possible virtuellement

Publié le par Domi



En surfant sur le Web,  j'ai fait une drôle de découverte, et je me pose cette question : peut-on vraiment tout dire et tout faire sur le Web ?

La chaîne de télévision 13ème Rue a récemment lancé une campagne de communication aux allures de coup médiatique, elle a été baptisée "Jetueunami.com" - vous avez  bien lu- le site évènementiel de la chaine propose de commanditer en ligne le meurtre d'un proche en choisissant la personne à éliminer, le tueur (parmi un large panel de professionnels aguerris) et, bien sûr, le mobile du crime. Le président de cette chaine prétend qu'il n'y a rien de grave et que c'est juste un divertissement. La mort devient un prétexte à produire de l'image, faire monter une côte de popularité et créer du trafic. Une bonne occasion de prendre de la hauteur en se demandant ce que signifie le mot "divertissement" et jusqu'où une campagne de publicité peut prétendre bousculer les tabous culturels d'une société. Une fois ces quelques problématiques soulevées, il reste encore à s'interroger sur les limites du concept de buzz marketing sur le Web, et le débat sera loin d'être clos...


Je vous laisse juger par vous-même, ci-dessous le lien du site :
http://www.jetueunami.com/13emeRUE/


 

Publié dans ARTICLES DIVERS

Partager cet article
Repost0

LE RIRE DE L'ANGE

Publié le par Joseph Lanza del Vasto




Le sommeil des hommes est à nos anges visiteurs ce qu'un jardin est aux enfants.

Joseph Lanza del Vasto

Publié dans PROVERBE DU JOUR

Partager cet article
Repost0

L'HOMME DE CHEVET

Publié le par Domi




 

   Prix du Public - Festival d’Angoulême 2009
  Grand prix Meilleur scénariste - Sopadin
  Lauréat Fondation Groupama Gan pour le cinéma

Alain Monne transpose avec succès le roman d’Eric Holder en Colombie et permet à Sophie Marceau et Christophe Lambert de composer l’un de leurs meilleurs rôles dans l’émotion et la dignité.  Léo, ancien boxeur, travaille au service de Muriel, jeune femme tétraplégique. Peu à peu, une histoire d’amour passionnée se noue entre eux.... Les deux stars démontrent avec L’homme de chevet qu’elles n’en sont pas pour autant diminuées, et reviennent en couple, plus solides que jamais.

Lui, en loques, complètement décomposé, incarne un ancien boxeur noyé dans l’ivresse de l’alcool ; elle, fraiche et radieuse extérieurement, joue le rôle d’une femme brisée dans son corps par un accident de la route qui l’a rendue tétraplégique et insensible psychologiquement aux autres.

 

 

Dans ce film Marceau et son compagnon parviennent à revivre leur première rencontre dans un univers de cinéma, à la fois romancé et sublimé, celui de Carthagène en Colombie, alors que le roman prenait Aix en Provence pour cadre.

Le personnage de Lambert évolue dans un décor très réaliste et pourtant tellement évocateur d’une représentation collective d’une Amérique latine de l’errance moite, dans laquelle les Occidentaux aiment à se perdre et se retrouver avec eux-mêmes. Alcoolique, le protagoniste joué par Lambert déambule dans un paysage urbain nocturne ou dans des salles d’entraînement miteuses pour boxeuses débutantes. Le déchet humain, au bout de  ses forces rencontre son équivalent dans le désespoir, qui, lui, est cloitré dans une chambre, paralysé jusqu’au bas du cou : Marceau, physiquement aux antipodes, mais mentalement toute aussi éteinte.

Le visage abîmé, Lambert incarne la déchéance physique ; elle, le corps brisé mais toujours aussi éclatante, fortunée et habituée à côtoyer la bourgeoisie, ne peut plus exprimer sa colère qu’à travers une irritabilité qui éconduit toutes celles qu’elle embauche pour s’occuper d’elle. Elle perçoit chacune de leurs interventions (lavements intimes...) comme des actes d’intrusion insupportables. Dans ce contexte de désespérance réciproque, les deux âmes en peine vont se rencontrer pour une histoire d’amour en dent de scie mais tellement belle d’émotion.

 

Publié dans ARTICLES DIVERS

Partager cet article
Repost0

LA FEE DES BOIS

Publié le par MELISSA

 

Une grande pièce, pauvre et misérable,
Unique endroit où l'on vivait, reposait,
Comme la masure à l'aspect pitoyable,
Paillasses minables où la misère régnait.

Coiffée d'un fichu, vêtue d'un bliaud ravaudé,
Je sortais frileusement prendre un peu d'eau.
Il fallait cuire le bouillon, maigre et clairsemé.
Je trimais sans aucun repos, couverte d'oripeau.

A la rivière où je puisais l'eau et lavais,
Intriguée, apeurée, j'entendais un murmure,
Doux, irréel qui sans cesse me répétait :
Ta peine s'évanouira, l'amour tu trouveras, soi en sure.

Je pensais à un songe, qui ne durait guère,
Il me fallait poursuivre mes pénibles corvées,
Par des cris, ma mère, me ramenait sur terre,
Je séchais mes larmes, mes détresses cachées.

Un matin, je partais ramasser du bois mort,
Emplissant mon pauvre panier, je sentis une présence.
Je n'avais pas peur, la nature était mon réconfort,
Je vis surgir d'une liane, une fée, providence !

"Je suis la fée des bois, chaque jour je t'aperçois,
Tu es humble et bonne, ne rechignant pas à la tâche,
Aussi, suis-je désignée a faire disparaître ton désarrois,
Par ma divine magie, cette insipide vie, je t'en détache".

Je regardais éblouie cette fée minuscule, de beauté enivrante,
La vêture faite de pétales aux couleurs boréales,
Munie d'une baguette en épine de rose, rayonnante,
Cernée d'elfes auréolés de poudre magique, solsticiales.

"Notre Royaume t'offre l'amour,, vois ton prince est déjà là !"
Je me tournais et reçu en plein coeur, un éclat de bonheur.
Nos regards ne se quittaient plus, tout alentour scintilla,
Nos mains de joignirent de tendresse, de douceur.

Autour de nous, la joie des fées marraines, rutile,
La poussière de lune déverse ses paillettes,
Nos baisers langoureux salués par ronde et vrille,
L'éclat de nos coeurs saluant la magie et ses facettes. 


MELISSA

Publié dans POÉSIES DIVERS

Partager cet article
Repost0

TWILIGHT - CHAPITRE 2 : TENTATION

Publié le par Domi



Enfin, il sort aujourd'hui et comme je suis une fan, je vais le voir ...

En attendant une vidéo annonce du film  et un petit résumé  ...

Abandonnée par Edward, celui qu'elle aime passionnément, Bella ne s'en relève pas. Comment oublier son amour pour un vampire et revenir à une vie normale ? Pour combler son vide affectif, Bella court après le danger et prends des risques de plus en plus i

Publié dans COUP DE COEUR

Partager cet article
Repost0

AUDACE

Publié le par WOLFGANG VON GOETHE




«
Les idées audacieuses sont comme les pièces qu’on déplace sur un échiquier : on risque de les perdre mais elles peuvent aussi être l’amorce d’une stratégie gagnante.»

Johann Wolfgang von Goethe

Publié dans PROVERBE DU JOUR

Partager cet article
Repost0

POESIES DE SORCIERE

Publié le par Domi



 

 

 

Classe de CM1

 

 

 

Les poêmes de sorcières


En surfant sur le net, je viens de découvrir ce site charmant d'une classe de CM1 qui a écrit des poésies sur les sorcières, j'ai choisi "la sorcière et sa moto", car vous connaissez ma passion pour les deux roues mais si vous souhaitez lire d'autres poésies, je vous laisse visiter cette charmante page sur la toile..

http://pagesperso-orange.fr/ecolepompadour/poeme/sorc.htm



La sorciére et sa moto

 

 


A cheval sur ma moto

Quand elle roule, elle roule, elle roule

J’irai dans les magasins

Je volerai des bonbons

Et je mangerai les bons

 

A cheval sur ma moto

Quand elle roule, elle roule, elle roule

Je roulerai dans le purin

Je volerai un beau mouton

Puis je roulerai dans le gazon

 

A cheval sur ma moto

Quand elle roule, elle roule, elle roule

Je passerai prendre du vin

J’attraperai de gros canards

Que je donnerai au vieux renard

lorian Goudoux 

 

Publié dans COUP DE COEUR

Partager cet article
Repost0

VENDREDI 13

Publié le par Ambrose BIERCE



Présage. Signe que quelque chose arrivera si rien ne se passe.


Ambrose Bierce

Extrait de Le Dictionnaire du diable

Publié dans PROVERBE DU JOUR

Partager cet article
Repost0

LE REVE DE LA VIE

Publié le par Domi




Un homme vit dans un rêve qu'un lion le pourchassait. Il courut jusqu'à un arbre, grimpa dessus, et s'assit sur une branche. Il jeta un regard vers le sol et aperçu le lion qui l'avait suivi et attendait calmement qu'il descende...

Il regarda ensuite derrière lui, et aperçu deux rats rongeant la racine de la branche sur laquelle il était assis. L'un des deux rats était noir, l'autre était blanc. La branche était prête à tomber sur le sol d'un moment à l'autre. Mais elle tardait à céder. L'homme vit alors un énorme serpent noir s'installer juste en dessous de lui, et ouvrir grand sa bouche en attendant qu'il ne tombe dedans.

L'homme chercha alors quelque chose sur quoi il pourrait s'accrocher pour échapper à ses prédateurs. Il vit alors, sur une branche au dessus de lui, une ruche dont les gouttes de miel tombaient l'une après l'autre. Il voulut alors en goutter une. Elle lui parût délicieuse. Il en voulut une autre, puis encore une autre. Il se concentra pour éviter les abeilles et ainsi récupérer le nectar. Enfin il se perdit dans la douceur du miel, oubliant les deux rats grignotant la branche, oubliant le lion couché sur le sol, et oubliant le serpent ouvrant sa bouche juste en dessous de lui.

L'homme se réveilla.

Pour comprendre la signification de son rêve, il alla voir un vieux sage, pour qu'il lui explique ce rêve. Il lui dit:

"Le lion que tu as vu est ta mort. Elle te suivra où que tu ailles même si tu l'oublies. Le rat noir est la nuit, le blanc est le jour. Ils te tournent autour l'un après l'autre, et grignotent le temps qu'il te reste à vivre pour te rapprocher de la mort. L'énorme serpent noir est ta tombe. Elle est là, elle attend juste que tu tombes. La ruche est le monde, son miel est la luxure et les jouissances du monde. Nous cherchons à obtenir ces luxures, nous y goûtons , puis très vite nous y prenons goût. Jusqu'à ce que cette quête devienne une priorité. Nous nous perdons alors dans ce monde, et nous oublions le temps, nous oublions la mort, et nous oublions notre tombe
."

Publié dans CONTES DIVERS

Partager cet article
Repost0

LETTRE DE CHARLES A MARIE, POILU DE LA GUERRE 14

Publié le par MORGANNE




"Mon Aimée,

Je vous écris du front et les soirs quand je peux enfin sommeiller, malgré, les coups au loin, je pense à vous,
Mon coeur bat loin de vous, je voudrais que vous soyez là, bien que ce n'est pas un endroit pour une douce jeune fille comme vous.
J'espère avoir une permission et vous revoir. cette guerre ne va donc pas finir, que je puisse demander votre main à vos parents. C'est ce que je pense le soir en somnolant.

Votre peau est douce, Marie, je ne l'ai effleurée qu'un instant, je ressens sur ma peau la douceur de votre joue. J'espère que vous ne m'en voudrez pas d'avoir osé ce geste. Bien sûr un baiser léger sur votre visage m'aurait encore plus comblé, mais je ne voulais pas vous effaroucher, vous êtes si fragile et belle Marie.

Je pense que vous m'attendrez, je serais triste si un autre garçon avait pris la place que vous m'aviez réservée dans votre coeur avant mon départ. Puisque c'est par lettre, j'ose Marie vous dire je vous aime et je vous aimerais toujours. Ne vous inquiétez pas, je fais très attention à moi et vous, prenez soin de vous.

J'espère que ma lettre vous arrivera et que la prochaine qui viendra de moi, sera pour vous annoncer ma permission. Qu'elle plaisir sera pour moi de vous prendre la main et de vous murmurer tout bas, ce que je viens de vous annoncer là, je vous aime, Marie, Mon aimée, attendez moi.

Je vous embrasse Marie, votre Charles"


 MORGANNE

Publié dans COUP DE COEUR

Partager cet article
Repost0