L'OREILLE DU LOUP GRIS

Publié le par J.DARWICHE

 

il_570xN.515304016_4qdj.jpg

 

(J. Darwiche et H. Musa. ED : Lirabelle)

Un jour, le lion, roi des animaux, tomba malade. Son vizir, le dernier Loup gris d’une peuplade disparue, annonça la nouvelle à tous les animaux :
Ceux de la plaine, ceux de la montagne, ceux de la forêt.
Tous défilèrent dans la caverne du lion pendant trois jour pour prendre des nouvelles de sa santé et lui souhaiter un bon rétablissement.
Tous, sauf le renard !
Le loup gris, qui était toujours assis à la droite du roi, et qui n’aimait pas le renard, fit remarquer au lion : " Tous vos sujets sont passés s’incliner devant vous et vous souhaiter proche guérison et longue vie, excepté le renard. On dirait que votre santé ne l’intéresse pas. "
Le lion en fut irrité. Il fronça les sourcils et montra les dents, ce qui était signe de mécontentement et annonçait une décision grave.
Le lièvre qui avait tout vu et entendu, courus chez son ami le renard :
" Ami, fais attention à toi ! Le loup gris a fait remarquer ton absence et le lion est furieux contre toi. "
Le renard remercia le lièvre, traîna encore un jour, attrapa un poulet et se présenta le lendemain, en fin de journée, devant le lion.
Les moustaches du lion tremblèrent de colère devant l’insolence du renard :
" Voilà 4 jours que je suis au lit. Tous les animaux sont venus s’enquérir de mes nouvelles, sauf toi ! ? Ma santé ne t’intéresse-t-elle point ? Vas-tu prétendre que tu n’étais pas au courant de ma maladie ? "
" Ni l’un, ni l’autre, majesté. J’ai appris la nouvelle de votre maladie en même temps que les autres ; mais je me suis demandé s’il valait mieux venir tout de suite m’incliner devant vous ou courir chercher un remède. La sagesse et mon inquiétude pour votre santé m’ont poussé à courir le royaume pour demander aux médecins leur avis. "
" Et alors ? "
" Eh bien, tous les grands médecins sont d’accord sur le même remède. "
" Pourrai-je savoir lequel ? "
" Bien sûr ! Pour guérir, vous devez manger une soupe de poulet à laquelle il faut ajouter l’oreille droite d’un loup gris. Et je crois que notre grand vizir sera heureux de vous offrir la sienne. "
Le lion jeta un coup d’œil interrogatif vers le loup gris qui ne put qu’accepter de sacrifier son oreille.
Le lion mangea la soupe et s’endormit d’un profond sommeil.
Le renard se leva pour partir. Mais avant de quitter la caverne, il s’approcha de l’oreille gauche du loup et lui dit :
" Si tu veux sauver l’oreille qui te reste, surveille ta langue et ne dis plus du mal des autres! " 

il 570xN.501658323 gh9n

Publié dans CONTES DIVERS

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
:

Bonjour, Domi
A méditer ...


Je te souhaite un bon mardi.
Bisoux

Répondre
D


Bon mardi à toi aussi bisous