AU BORD D'UN ETANG

Publié le par Pascal FAULIOT

Dans la fourmillière d'un vaste monastère, il y avait un vieux moine discret, humble, un sans-grade, un obscur parmi les obscurs, un rien farfelu. Ses confrères le tenait pour un ignare, doublé d'un illuminé dans le sens commun, et non boudhiste, de simple d'esprit. Il faut dire que malgré toutes les années passées à l'ombre des murs du monastère, il ne brillait pas par son érudition. Le vétéran boudait en effet la lecture des textes sacrés et, à la belle saison, passait le plus clair de son temps au bord d'un étang constellé de lotus, bercé par le murmure du vent, la psalmodie des insectes et le chant des oiseaux. Il y méditait distraitement assis sur un rocher, sous le monumental parasol d'un vieil arbre.

Par un bel après-midi d'été inondé de soleil, un groupe de jeunes moines partit faire le tour de l'étang. C'est alors qu'ils purent observer avec stupéfaction, la manière fort décousue que l'ancien avait de méditer. Il ne se passait pas cinq minutes sans qu'il se penche pour troubler le miroir liquide avec une brindille. Il allait même parfois jusqu'à se lever pour faire quelques pas une branche à la main, avec laquelle il tirait une feuille d'arbre hors de l'eau. Son curieux manège fit rire ses cadets qui entreprirent de lui donner une leçon sur la méditation.

- Ne serait-il pas préférable de vous recueillir les yeux fermés afin de ne pas être distrait par le spectacle du monde ?

- Comment espérer atteindre une haute réalisation spirituelle si vous bougez sans cesse ? Vous ne pouvez pas stabiliser votre esprit ni laisser le prana circuler harmonieusement dans les canaux subtils.

- C'est vrai, prenez exemple sur le Boudha qui a obtenu l'Éveil suprême en demeurant immobile sous l'arbre de l'illumination.

Le vieux moine s'inclina pour les remercier de leurs conseils et, tout en leur montrant un insecte qu'il venait de repêcher avec une brindille, il leur dit, un sourire désarmant aux lèvres :

- Vous avez sans doute raison, mes jeunes frères. Mais comment pourrai-je méditer sereinement s'il y a autour de moi des êtres vivants en train de se noyer ?

La bande des cadets resta interloquée. Il y eut un long silence puis l'un d'eux, rompu aux joutes métaphysiques et voulant à tout prix sauver la face, répliqua :

- Vous devriez vous retirer dans une grotte pour vous consacrer à votre propre salut. Ne vous souciez pas trop du destin des autres. Laissez faire l'ordre naturel du monde. Chacun récolte le résultat de ses actes antérieurs. Telle est la loi du karma.

Et, sur ces paroles sentencieuses, les donneurs de leçons se drapèrent dans leurs toges monastiques et s'éloignèrent. Ils gagnèrent une passerelle qui enjambait l'étang. C'est alors qu'au beau milieu de la traversée, l'un d'eux glissa sur une planche moussue et tomba à l'eau. Le malheureux, qui n'était autre que le discoureur karmique, pataugeait parmi les nénuphars, visiblement en train de se noyer. L'étang était profond à cet endroit. Ce fut l'affolement général, aucun moine ne savait nager.

Le vieil original, son infatigable sourire aux lèvres, se leva d'un bond, prit une branche et, comme elle n'était pas assez longue, il se mit à marcher sur l'eau. Sous le regard médusé des jeunes moines, il crocheta le candidat à la noyade et le tira jusq'à la berge sans même mouiller les pans de sa robe rapiécée.

L'histoire miraculeuse fit le tour du monastère. On tenait désormais le vieux pour un saint, un bodhisattiva caché, un Boudha vivant. Il en prit ombrage car il ne supportait pas d'être un objet de dévotion. Il gagna une autre province où il se cacha dans le fourmillière d'un vaste monastère.

Extrait de "Contes des sages du Tibet" par Pascal Fauliot

 

 

Publié dans PAROLES DE SAGE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

pépite 16/03/2007 09:24

Certaines personnes pensent que les moines ne font rien ou du moins que prier et que se sont des parasites. Les moines font de nombreuses actions pour préserver leur culture et leur religion. Ils s'engagent dans d'importantes actions éducatives, sociales et de protection de l'environnement. Ils créent des orphelinats par exemple et s'occupent des enfants.  J'ai appris énormément grâce à eux. Leur philosophie m'aide à avancer...Je m'intéresse à toutes les religions et quand il m'arrive de prier, c'est pour les autres. Merci pour ce joli texte...Ca fait du bien de bon matin.....Mais je vais être rêveuse encore toute la journée. Toi, qui me dis sans cesse de garder les pieds sur terre.....BISOUS
 

Domi 16/03/2007 10:54

Je te remercie pour toutes ces petites précisions qui ont une grande importance, c'est bien de le dire. Quant à garder les pieds sur terre, c'est sûr qu'en travaillant, il vaut mieux ... mais après tu es bien libre de faire ce que tu veux, comme t'installer sur un nuage :-))) je le fais aussi de temps en temps. La photo du gamin avec le vélo est très jolie bisous

linda et Picasso :0079: 16/03/2007 09:22

Moi qui aime l'orient ...belle histoire ...
ABSENCE


L'absence ne tue l'amour que s'il est malade au départ.


Il n'est pas d'amour qui résiste à l'absence.


L'absence grandit l'être aimé, le pare de qualités
que souvent il n'a pas et estompe les défauts qu'il a.


Les absents sont toujours assassinés à coups de langue.


Revenue de ma retraitre au calme je passe vous saluer....

Domi 16/03/2007 10:58

Bonjour Linda
Ravie de te lire, pour moi j'ai une sainte horreur des absences et surtout des départs, mais bon je n'y peux rien, j'ai toujours l'impression que si quelqu'un me quitte, il ne reviendra jamais ... Et quand il s'agit d'amour, et bien je me dis pour être patiente quand quand il reviendra, les retrouvailles ne seront que plus merveilleuses. Passe un bonne journée gros bisous

christel 16/03/2007 08:45

youpi ! c'est vendredi !!! encore un peu de courage .... je te souhaite une bonne journée , avec toujours pour compagnon ce beau soleil radieux ... bisous, christel

Domi 16/03/2007 11:13

Bonjour Christel
Ahhhhh!!! ce vendredi, tu l'attends toujours avec impatience, il faut profiter du soleil encore aujourd'hui car ils ont annoncé un week-end pluvieux bisous et bonne journée à toi aussi

fab 16/03/2007 08:19

En Belgique nous avons un parc animalier en fait que des oiseaux qui s'appelle paradisio ! J'y suis allée et il y a tout un endroit dédié à la chine, le japon c'est sublime ! J'ai souvent lu la méthode du calme un livre écrit par un moine du Tibet et c'est bien souvent rempli de sagesse ! Passe un super week end ma belle bisous

Domi 16/03/2007 11:19

Bonjour Fabienne
Nous avons des parcs animaliers dans ma région mais aucun dédié à l'orient et c'est bien dommage, tu as bien de la chance. Je te souhaite également un bon week-end bisous

Katara 16/03/2007 08:17

Voilà vraiment une très belle histoire illustration parfaite de la vanité humaine. J'espère que tu as prévu d'en mettre d'autres ? Ce serait sympa...Bonne journéeKatara

Domi 16/03/2007 11:25

J'ai une catégorie "paroles de sage" à gauche de mon blog où tu trouveras tous les contes que j'ai édités jusqu'à présent, j'en ai prévu d'autres c'est promis bonne journée amitié

DOM 16/03/2007 08:16

superbe comte, plein de sagesse et d'enseignements, comme disait LAO TSEU  "celui qui sait se tait, mais celui qui parle trop ne sait rien" !
bisous.

Domi 16/03/2007 11:38

J'aime bien cette citation ! bisous

:0002::0009::0010::0037::0091:: 16/03/2007 07:58

 bonne journée..............par là-bas et ici !!

Domi 16/03/2007 11:39

Salut Simone
Je n'ai pas compris la phrase de ton gif, tu m'expliqueras à l'occasion, je fais un gros bisou bonne journée