CONTES DE SORCIERES ET OGRESSES

Publié le par Dominique CURCIO

LES DEUX ENFANTS ET LA SORCIERE

 

Il est aux Nouvelles-Hébrides une île du nom de Merle ; un couple y vivait avec deux enfants, un garçon et une fille ; celui-là s'appelait Bogifini et celle-ci Bogitini.

Un beau jour, les parents dirent aux deux petits :

"Nous allons aux champs. Soyez sages pendant notre absence. N'approchez pas de la mer. Il y a une sorcière, du nom de Likele, qui vit près de l'eau salée et aime bien attraper les petits garçons et les petites filles. Faites attention, sinon elle va vous capturer."

Les enfants promirent d'être sages et de ne pas approcher l'eau salée. La simple pensée de Likele les faisait frissonner :

" Nous n'approcherons pas de l'eau salée", promirent-ils en chœur.

Le père et la mère prirent donc leurs grands bâtons à fouir, mes mirent sur l'épaule et partir aux champs. Ils n'étaient pas sitôt partis qu'un grand papillon rouge et or vint voleter tout près. Qu'il était beau, à la vivre lumière du soleil tropical !

Il volait de-ci, de-là, se posait un instant sur une fleur ; il reprenait son envol et poussait un peu plus loin.

"Regarde, Bogitini, cria Bogifini. Regarde le beau papillon !"

Ils se mirent tous deux à le poursuivre pour l'attraper. Le papillon se posait un iinstant sur une feuille ou une fleur, puisqu reprenait son vol ; les enfants le suivaient en sautant de pierre en pierre, en se faufilant dans les hautes herbes ; le papillon les entraînait toujours plus loin. Le petit garçon et la petite fille oublièrent la promesse faite à leurs parents, oublièrent la peur que leur inspirait la Likele.

Bientôt , ils arrivèrent gaiement près de la plage. Le papillon alla se poser bien loin, sur les rochers découverts par la marée basse. Il y avait du sable, des rochers et du corail, avec de grandes flaques au milieu. Les enfants ne tardèrent pas à oublier le papillon.

"Regarde, Bogifini ! s'exclama Bogitini. Regarde le joli poisson. Oh, mais il y en a beaucoup! attrapons-les."

Les enfants étaient si lestes qu'ils arrivèrent à prendre à la main deux petits poissons de quatre ou cinq centimètres de long.

"Mais où les mettre ? se demandèrent –ils. Il nous faut un panier."

Ils rentrèrent chez eux à toutes jambes; ils prirent chacun un panier de pêche de leurs parents. C'est leur mère qui avait soigneusement tressé ces paniers en y ajoutant un couvercle en sorte que nul poisson ne pût s'échapper, fût-ce en sautant ou en tortillant de toutes les façons. Bogitini et Bogifini eurent vite fait de remplir de petits poissons leurs deux paniers; ils étaient tout contents. Les méchants enfants ! Ils avaient complètement oublié leur promesse, et leur peur de Likele.

Ils revenaient en barbotant gaiement dans les flaques quand quelque chose les inquiéta : c'était la sorcière si redoutée, Likele, allongée sur un rocher avec la tête dans l'eau, inclinée en arrière. Elle se lavait les cheveux dans une flaque entre les rochers ; elle avait de longs cheveux crépus. Elle releva la tête et s'ébroua:

"Ah ! Ah ! s'écria -t-elle. Regardez donc qui vient ! Petits-petits-petits ! Venez-venez-venez!"

Les enfants furent cloués sur place par la terreur.

"Venez ici ! insista-t-elle. Et qu'avez-vous dans vos petits paniers ?"

Elle ouvrit , sortit les poissons et se les jeta sous le gosier, les avalant d'un trait. Elle ramassa alors la pauvre petite Bogitini et l'avala également, sauf un doigt qu'elle avait mordu par mégarde et qui tomba sur le sable sans qu'elle s'en aperçoive.

Bogifini courut jusqu'à un cocotier et y monta en marchant le long du tronc, avec ses mains derrière le tronc et ses pieds bien à plat en dessous. Il eût vite fait d'arriver en haut.

"Mère! Père! Appela-t-il. Mère! Père!

- Je crois, mon époux dit-la mère, qu'un de nos enfants appelle.

- Penses-tu? S'esclaffa l'homme. Je n'entends rien. Continue à remuer la terre, fainéante, ou tu vas tâter de mon bâton !

- Mère! Père!" répétait l'écho porté par la brise.

Cette fois, toutes les deux avaient entendu. Ils se précipitèrent pour voir ce qui se passait. Et la maman aperçut son fils entre les feuilles, en haut du cocotier.

" Oh, mes parents! S'excusa Bogifini. Nous n'avons pas été sages.

- Descends!" s'écrièrent-ils.

Et là il se laissa glisser au pied de l'arbre.

"La sorcière a avalé ma sœur", déplora le garçonnet.

Et il fondit en larme. Le père, lui aussi, avait les joues qui ruisselaient, mais la mère ne se laissa pas démonter. Elle avait à la main un hache de pierre dont elle se servait pour désherber les ignames :

"Où est-elle, cette Likele ? demanda-t-elle. Tâchons de la retrouver.

Ils arrivèrent bientôt en vue de l'horrible créature :

"Ah ! Likele, où est ma fille ?

- Ta fille? S'enquit Likele. Qui parle d'une fille ? Je n'ai pas vu la moindre fille."

Le père s'arrêta de sangloter; il avait à la main une longue lance en roseau avec des pointes en dents de requin :

"Assez de mensonges" menaça-t-il.

Et saisissant Likele de la main gauche, il la força à terre et, de la main droit, lui ficha la pointe de salance à travers le gosier.

En un instant, la sorcière expira. La mère l'éventra avec le fil tranchant de sa hache et sa chère fille Bogitini sortit d'un bond. Comme ils furent heureux de la revoir et d'être tous à nouveau réunis !

PEDROSSO CONSIGLIERI

Mélanésie

Publié dans CONTES DIVERS

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

LaDy S 28/07/2006 16:44

Un conte qui juste par le titre me donne envie de le lire... malheureusement il est bientot l'heure de partir... je reviendrais lundi pour ça et te tiendrais au courant de mes impressions, qui j'en suis sur seront très bonnes (comme d'habitude ;) )
Bisous et bon week end

Dominique CURCIO 28/07/2006 19:50

Parfois les impératifs de la vie sont là et je suis très contente pour toi que tu partes en week-end mon conte sera toujours là à ton retour je te souhaite donc un bon week à lundi bisous

Dominique 26/07/2006 11:32

Hou la la ! Il faut conter cette histoire aux enfants et ils ne s'approcheront plus de la mer... lol !!! Méchante Likele !!!
Bisous.

domi 26/07/2006 20:05

Juste un conte pour faire comprendre aux enfants qu'il ne faut pas désobéir aux parents mais c'est bien connu que les enfants n'écoutent jamais les conseils des parents alors je pense que tu n'as pas à t'inquiété ils iront toujours au bord de la mer même si c'est interdit  !!!!
Quant à la sorcière je te l'accorde elle n'est pas très sympa .... mais elle ne fait pas partie de ma famille de sorcière de gentilles sorcière nous ne ferions pas de mal aux enfants bisous et bonne soirée

Elise 26/07/2006 08:48

Bonjour je ne pose plus de coms mais ce n'est pas pour ça que je ne viens plus!!!!
bonne journée!!

domi 26/07/2006 10:33

Aucun problème pour moi tu passes quand tu veux chacun et libre de poser ou pas des coms et je comprends bien que parfois on est pas le temps bisous et bonne journée à toi aussi