LES SIRENES

Publié le par Albert SAMAIN

Albert SAMAIN
Recueil : Au jardin de l'infante
 

Les Sirènes chantaient... Là-bas, vers les îlots,
Une harpe d'amour soupirait, infinie ;
Les flots voluptueux ruisselaient d'harmonie
Et des larmes montaient aux yeux des matelots.

Les Sirènes chantaient... Là-bas, vers les rochers,
Une haleine de fleurs alanguissait les voiles ;
Et le ciel reflété dans les flots pleins d'étoiles
Versait tout son azur en l'âme des nochers,

Les Sirènes chantaient... Plus tendres à présent,
Leurs voix d'amour pleuraient des larmes dans la brise,
Et c'était une extase où le coeur plein se brise,
Comme un fruit mûr qui s'ouvre au soir d'un jour pesant !

Vers les lointains, fleuris de jardins vaporeux,
Le vaisseau s'en allait, enveloppé de rêves ;
Et là-bas - visions - sur l'or pâle des grèves
Ondulaient vaguement des torses amoureux.

Diaphanes blancheurs dans la nuit émergeant,
Les Sirènes venaient, lentes, tordant leurs queues
Souples, et sous la lune, au long des vagues bleues,
Roulaient et déroulaient leurs volutes d'argent.

Les nacres de leurs chairs sous un liquide émail
Chatoyaient, ruisselant de perles cristallines,
Et leurs seins nus, cambrant leurs rondeurs opalines,
Tendaient lascivement des pointes de corail.

Leurs bras nus suppliants s'ouvraient, immaculés ;
Leurs cheveux blonds flottaient, emmêlés d'algues vertes,
Et, le col renversé, les narines ouvertes,
Elles offraient le ciel dans leurs yeux étoilés !...

Des lyres se mouraient dans l'air harmonieux ;
Suprême, une langueur s'exhalait des calices,
Et les marins pâmés sentaient, lentes délices,
Des velours de baisers se poser sur leurs yeux...

Jusqu'au bout, aux mortels condamnés par le sort,
Choeur fatal et divin, elles faisaient cortège ;
Et, doucement captif entre leurs bras de neige,
Le vaisseau descendait, radieux, dans la mort !

La nuit tiède embaumait...Là-bas, vers les îlots,
Une harpe d'amour soupirait, infinie ;
Et la mer, déroulant ses vagues d'harmonie,
Étendait son linceul bleu sur les matelots.

Les Sirènes chantaient... Mais le temps est passé
Des beaux trépas cueillis en les Syrtes sereines,
Où l'on pouvait mourir aux lèvres des Sirènes,
Et pour jamais dormir sur son rêve enlacé.


cg.1216975473.jpg

Publié dans POÉSIES DIVERS

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Harald Dastis 10/06/2010 20:51



Très belle poésie ! Je suis enchanté !



Domi 13/06/2010 21:11



Tant mieux alors .... repassez quand vous voulez cordialement



beatrix 28/05/2009 14:20

Merci pour ce très beau poème, c'est un auteur que j'aime beaucoup...comme toi j'écris depuis trois ans et je comprends ta lassitude, j'ai moi même fait de très longues pauses pour revenir et j'ai voulu aussi plusieurs fois tout arrêter...mais tu as bien raison il faut aussi profiter de la vie, de l'été, et de toi...bisous de Béatrix

Linda+&+Picasso::0079:: 26/05/2009 13:22

tu entends leurs chants?pas d'orages chez toi? ici oui la moitié de la nuit! impossible de bien dormir!

Fanchon 26/05/2009 11:47

Je ne connaissais ni le texte ni l'auteru mais en tout cas, j'apprécie !  Biz et bonne semaine !

Domi 26/05/2009 21:21


Heureuse de te faire connaitre un nouvel auteur bisous et bonne semaine à toi aussi


itachi 26/05/2009 10:34

hello Domi!!!je viens te souhaiter une bonne journéebisous!!!!

fab 26/05/2009 08:49

je ne sais pour quelle raison mais j'ai toujours été fascinée par les elfes et les sirènes alors je viens de passer chez toi un moment exquis mais surtout reposant et doux tout comme ton amitié ma Domi ! il fait bon pousser la porte de ton antre ...

Domi 26/05/2009 21:47



Passe quand tu veux ... tu es toujours la bienvenue, c'est vrai que ces petits êtres fantastiques font rêver bisous et bonne soirée



Jyckie 26/05/2009 07:43

Bonjour Domi,Je suis heureuse de ta visite sur mon site.Les sirènes, déesses de la mer, habilement mises en vers ! Quel beau poème !Grosses bises,Jyckie.

Domi 26/05/2009 21:45


Ravie également de te lire à nouveau dans mon antre et que ce poème te plaise gros bisous


:0010:dom:0075: 26/05/2009 07:25

J'adore la seconde image ...
Bon mardi ! Bisoux.dom 

Domi 26/05/2009 21:43


J'ai mis les deux photos que je préfère concernant ces illustrations bisous et bonne soirée


:0095: Maître Po 26/05/2009 00:04

Oh ! Des préraphaélites pour illustrer ton article !Poynter pour le second tableau, et surtout Waterhouse (mon peintre préféré) pour le premier... merci domi ;-)(et au passage, les paroles de la chanson de Graeme Allwright, données par Marieluce, sont la traduction française de celles de la chanson de Leonard Cohen, Suzanne)

Domi 26/05/2009 21:41


Nous avons un point commun alors, j'aime beaucoup ces artistes et ce genre de peintures, contente que tu aimes. Pour la chanson, en effet maintenant que tu me
le dis :-))) bonne soirée


Marieluce 25/05/2009 21:02

Graeme Allwright  chantait :
Suzanne t'emmène écouter les sirènes.
Elle te prend par la main pour passer une nuit sans fin.
Tu sais qu'elle est à moitié folle, c'est pourquoi tu veux rester.
Sur un plateau d'argent, elle te sert du thé au jasmin,
Et quand tu voudrais lui dire que tu n'as pas d'amour pour elle
Elle te prend dans ses ondes et laisse la mer répondre
Que depuis toujours, tu l'aimes...
Tu veux rester à ses côtés, maintenant tu n'as plus peur
De voyager les yeux fermés, une flamme brûle dans ton cœur.
Il y avait un pêcheur venu sur la terre
Qui a veillé très longtemps du haut d'une tour solitaire
Et quand il a compris que seuls les hommes perdus le voyaient
Il a dit qu'on voguerait jusqu'à ce que les vagues nous libèrent
Mais lui même fut brisé bien avant que le ciel s'ouvre
Délaissé et presqu'un homme
Il a coulé sous votre sagesse, comme une pierre ...
Tu veux rester à ses côtés maintenant tu n'as plus peur
De voyager les yeux fermés, une flamme brûle dans ton cœur.
Suzanne t'emmène écouter les sirènes
Elle te prend par la main pour passer une nuit sans fin
Comme du miel, le soleil coule sur Notre Dame des pleurs
Elle te montre où chercher parmi les rochers et les fleurs
Dans les algues, il y a les rêves des enfants au petit matin
Qui se penchent vers l'amour, ils se penchent comme ça toujours
Et Suzanne tient le miroir, tu veux rester à ses côtés
Maintenant tu n'as plus peur de voyager les yeux fermés
Une blessure étrange dans ton cœur...

Domi 26/05/2009 21:37


Merci beaucoup pour ce beau texte bisous du soir


:0010:LiliFlore:0091: 25/05/2009 19:40

belle découverte pour moi. Je suis toujours super occupée et assez loin du blog et je vais bien. Bien difficile de passer régulièrement en ce moment. Bigs bisous et très bonne fin de journée, ici sur la banlieue parisienne très chaude avec des orages prévus en soirée

Domi 26/05/2009 21:35


C'est très gentille de ta part de passer malgré tes occupations j'apprécie beaucoup passe une bonne soirée big bisous