Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2008-03-30T23:23:00+02:00

LA SORCIERE AUX EPICES

Publié par ROSELYNE CARRIER DUBARY

 



























A travers les déserts, sur la route des mers je suis partie, aventurière au pays des épices.
Chez un marchand du XVème siècle qui avait l'air enluminé - lunatique visage lunaire sous une coiffe de toile claire - j'ai volé mes premières épices. Puis le voyage m'emporta, amazone chevauchant les siècles sur un balai imaginaire, jusqu'à un village perdu dont je découvris des épices - chez celle qu'on nomme « la Mère Alice ».

Sur la route séculaire parfumée de graines, d'écorces, de fleurs ou de fruits, ma peau s'est végétalisée : suave ou piquante comme un met, apaisante comme une potion, aphrodisiaque dans l'amour. De Venise à Cancale, j'ai fait une potion d'escales ; de Lisbonne à Rotterdam j'ai damné certaines âmes.

J'ai gardé des souvenirs épicés inoubliables d'Inde, de Chine, d'Indonésie et du Japon. J'ai rencontré dans mes voyages des aventuriers aux épices qui ont laissé dans mon sillage de terre, de mer et d'air les effluves de leur passage.

C'est en Chine qu'Illicium Cerum, un intrépide brun téméraire m'offrit une badiane. Il m'enseigna la patience, à naître à la sixième année puis il m'offrit une robe jaune étoilée, qu'il parfuma d'anis. Il m'apprit aussi à cuire le pain d'épices dans une potion magique : « la poudre des cinq épices », dans laquelle il mélangea - pour supplices en délices - quelques pincées d'anis étoilé, de la poudre de fagara, une pointe de cannelle, du fenouil très parfumé et de sombres clous de girofle. Depuis je réserve à des élus cette potion, dans une recette magique secrète de saumon à l'anis étoilé de brindilles de romarin.

Aux Indes - chutant de mon balai - je suis « tombée en cannelle* » : ce fut au XVIème siècle je crois lorsqu'un hidalgo immigrant pour le Portugal, partit ensuite vivre à Ceylan ; c'est là que je l'ai rencontré. Il me fit goûter cette écorce dont il avait depuis négoce, un plaisir des sens que ce long bâton au parfum doux et intense. Je tombais ensuite de balai en balai dans les bras d'un hollandais, puis d'un anglais ; c'est Pierre Poivre qui enfin - outre qu'il me laissa son nom - me fit connaître l'ombre des canneliers au cœur de l'Océan Indien ; je revins au sol de France en me posant sur l'île Maurice. Mon balai fut si fatigué du voyage à travers les âges, qu'il se transforma en fagot. Un fagot pour une amazone, elle donnait de sa personne !

Sur la côte de Malabar, à l'ombre de collines d'Inde j'ai découvert une plante d'art. De la vanille et du safran, elle partageait tous les butins de mes aventuriers secrets. Cette plante je vous la nomme, elle se nomme cardamone. C'est au bout de trois ans d'amour, que le filtre fait son effet : parfois blanche et sans odeur, elle verdoie et se parfume, comme une femme après le bain - souvent même elle devient brune. Les effluves de cette épice me suivirent dans mes malices - citron, eucalyptus mêlés : c'est une plante de met en bouche.

Ce voyage fut très, très long ; vous n'en avez que résumé.

Puis un jour mon balai tomba, fatigué par tous ces voyages, dans une région de montagnes du pays de France. J'ai rencontré « la mère Alice » - une femme-montagne épicée de délices. Elle cachait au fond du jardin un abri de potions magiques, attenant à l'épicerie. C'était un voyage à elle-seule que rencontrer « la mère Alice ».

Elle me laissa après sa mort - car elle fut assassinée - ses épices, dont entre autres : quelques clous de girofle pour soulager les maux (il lui en eut fallu plus d'un), une pomme d'ambre pour le parfum des cheveux, un roseau très étrange qu'elle nommait gingembre et qu'elle gardait jalousement pour le plaisir de ses amants.

J'ai cueilli dans la prairie, ou nous nous retrouvions souvent, quelques fragiles fleurs de pavots, pour oublier le poids des mots.

Un livre d'heures elle me légua - étrange cadeau pour une sorcière !

Sur la première page, à l'encre parfumée est écrit :

A la sorcière aux épices :

« De Species naît Carpe diem »,

puis sa signature « Mère Alice ».

J'aurais signé « Mère Malice » !

Elle m'accompagne maintenant dans ce voyage du pays des sens.

La sorcière aux épices. 

 
Roselyne Carrier Dubary  sélection septembre 2006

http://www.francopolis.net/librairie/CarrierR-Lasorciere.html

Voir les commentaires

commentaires

Baggins 31/03/2008 18:50

Trés interessant comme texte, bisous Domi :0010:

Domi 31/03/2008 19:13



Contente que ce texte te plaise bisous 



Val 31/03/2008 17:40

Encore taguée !! Je vais te rendre chêvre, j'espère que cette fois tu répondra à mon appel. Moi je fais ton tag en fin de semaine... Et le poème pour le concours est prêt belle sorcière.

Domi 31/03/2008 19:07



Ma chère Pauley, tu sais que je ne peux rien te refuser alors c'est volontier que je ferai ton tag mais sûrement en fin de semaine également car demain je
mets en route mon concours de poésie. J'attends ton texte avec impatience gros bisous et je vais voir mon défit :-)))



~~ Kri ~~ 31/03/2008 16:26

Une sorcière maitress de tant de trésors que sont ces senteurs et saveurs épicées!Bonne semaine

Domi 31/03/2008 18:59


Ce texte est magnifique et tellement bien raconter :-))) une très belle sorcière en effet bonne soirée à toi aussi


corinne 31/03/2008 05:59

Domi 31/03/2008 18:27


Bon lundi à toi aussi et merci pour ce magnifique gif gros bisous


Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog