CONTE CELTE

Publié le par Inconnu

 

LE CHEVAL DU DIABLE

C'était dans le temps, lorsque seuls les oiseaux volaient dans le ciel et que la nuit était noire dans les campagnes. II y avait, dans un village, aux environs de Daoulas ou de Saint-Urbain, à moins que ce ne fût de Dirinon, trois bons camarades qui se retrouvaient souvent le soir, après une dure journée de labeur. Lorsque le temps le per-  mettait, ils allaient se promener sur les landes, et lorsqu’il pleuvait ou faisait trop froid, ils se réfugiaient chez l'un d'entre eux pour  boire une bolée et deviser de choses et d'autres. Et, dans tout le pays, on ne tarissait pas d’éloges sur eux en raison de leur sérieux et de  leur vie rangée. D'ailleurs, beaucoup de filles espéraient secrètement qu’ils jettent les yeux sur elles, persuadées qu'ils feraient de très bons maris.
Or, un soir d'automne où le ciel était maussade comme chagriné, où le vent  soufflait en rafales, l'un des trois dit aux autres : « - Si nous allions faire une partie de cartes à l'auberge? »
La proposition fut tout de suite adoptée, et, sans plus tarder, ils se dirigèrent vers l'auberge la plus voisine. Pour s'y rendre, il fallait passer par la Croix-Rouge, qui se dressait à l'intersection de trois chemins, en pleine lande sauvage, loin de toute habitation. La nuit était déjà fort avancée, elle était très sombre, car la lune n'était  pas encore levée et les nuages chahutaient dans le ciel.
Pour parcourir plus aisément leur chemin, qui était caillouteux et parsemé de trous, chacun d'eux avait un gros bâton. Mais ils arrivèrent sans encombre à l'auberge. Ils s'assirent à une table et demandèrent des cartes à jouer. Mais, comme ils n'étaient que trois, il en manquait un pour faire leur compte. Ils n'eurent cependant pas de mal à décider un trimardeur qui soupait à l'auberge de se joindre à eux. Ils s'amusèrent beaucoup : les uns gagnaient et les autres perdaient, mais pour consoler ceux qui perdaient trop, ils se payaient de nombreux verres, et la bonne humeur ne faisait pas défaut.
Après être restés un peu plus de deux heures à jouer, ils décidèrent de retourner chez eux : le lendemain, ils avaient tous trois beaucoup à faire. Ils payèrent l'aubergiste, prirent congé de leur partenaire du hasard, et repartirent dans la nuit au milieu des tourbillons de vent. Arrivés près de la Croix-Rouge, ils virent un cavalier qui montait un cheval fringant. Lorsqu'il parvint à leur hauteur et qu'il les aperçut, il s'arrêta et descendit de son destrier.
« Vous vous en allez déjà, camarades ? leur demanda-t-il. »
« Oui, monsieur, répondirent-ils. I1 commence à se faire tard et nous avons beaucoup de travail demain matin. »
« Allons ! allons ! reprit le cavalier. II faut prendre du bon temps avant de se remettre au travail. I1 n'est pas si tard que vous le pensez. Moi, j'ai l'intention de jouer un bon moment. Si vous m'accompagnez à l'auberge, je m'engage à vous payer tout ce qui sera bu. Les trois camarades se concertèrent et, comme ils étaient un peu surexcités par la boisson, ils finirent par accepter. »
« Oui, dit encore le cavalier, mais il faut que l'un d'entre vous reste pour garder mon cheval. Qu'il soit sans crainte, je lui paierai largement sa peine lorsque nous reviendrons ici. »
C'est le plus jeune qui resta. Les deux autres rebroussèrent chemin joyeusement en compagnie de l'homme. Dès qu'ils furent à l'auberge, ils se mirent à jouer avec plaisir, ayant repris avec eux le trimardeur qui avait été précédemment leur partenaire. Mais le cavalier perdait beaucoup, et les deux camarades ne se sentaient plus de joie. Tout à coup, une carte tomba sur le sol. Un des frères se baissa pour la ramasser.
« Non, dit le cavalier, c'est moi qui l'ai lâchée, c'est moi qui la ramasserai. »
C'est ce qu'il fit, mais il était trop tard. En se baissant, l'un des camarades avait pu remarquer les pieds du cavalier : ces pieds étaient fourchus comme ceux d'un ruminant. II en fut tout bouleversé mais s'efforça de ne rien en laisser paraître.
«  Je crois qu'il est l'heure de nous en aller ! dit-il en se levant. Finissons cette partie, et nous rentrerons à la maison. »
« Que non ! que non ! s'écria le cavalier. »
«  - Je dis qu'il est temps de finir ! » répondit l'autre d'un ton qui exprimait bien sa détermination. Le cavalier, quant à lui, n'avait nulle envie de repartir. II leur dit qu'il allait leur payer encore à boire et qu'il était disposé à jouer toute la nuit s'il le fallait, car il ne pouvait pas abandonner ainsi alors qu'il n'avait cessé de perdre. Mais le jeune homme qui avait aperçu ses pieds fourchus lui répéta sèchement, d'une voix déformée par la colère :
«  - Je vous dis que nous finissons et que nous rentrons chez nous ! »
« -  Non, encore une fois non ! s'entêta le cavalier. »
« Alors, je jette les cartes au feu ! s'écria le jeune homme. »
« Si c'est ainsi, finissons la partie et rentrons, puisque vous ne voulez pas rester. »
Le cavalier paraissait de fort mauvaise humeur, et il perdit encore cette dernière partie. I1 se leva avec les autres et ils sortirent tous dans la nuit noire. Mais à la Croix-Rouge, pendant tout ce temps, celui des trois qui gardait le cheval s'était assis sur un bloc de pierre et pensait qu'il aurait bien voulu, lui aussi, continuer à jouer à l'auberge. Et il fut bien surpris quand il entendit le cheval qui lui parla distinctement.
« Tout à l'heure, disait le cheval, quand mon maître reviendra, il proposera de te donner autant d'argent que tu voudras. Mais prends bien garde : n'accepte rien de lui, sinon il t'entraînera jusqu'au plus profond de l'enfer. « Mais, dit le jeune homme, comment le sais-tu et comment se fait-il que tu parles comme un chrétien ? »
« C'est que, dit le cheval, je suis un chrétien qui est condamné à l'enfer parce qu'il a mené une vie dissolue. Le diable m'emmène avec lui chaque nuit lorsqu'il est à la recherche d'âmes pour remplir son enfer puant. Et je suis obligé de le suivre et de le porter. N'oublie pas mon conseil et crois-moi, mon garçon, car je suis ton grand- père. Et ne m'oublie pas dans tes prières ! »
Le jeune homme fut bien étonné d'entendre ces paroles. Mais ses deux camarades revenaient avec le cavalier. Celui-ci, dès qu'il fut arrivé près de son cheval, demanda au garçon de combien était son compte.
«  Oh ! rien du tout, répondit le jeune homme. Je suis bien heureux de t'avoir rendu service et je n'attends aucune récompense. »
Le cavalier insista, lui offrant une poignée d'argent, puis une poignée de pièces d'or. Rien n'y fit : le jeune homme demeura intraitable. Alors, furieux d'avoir fait une si mauvaise journée, le cavalier sauta sur son cheval, le cravacha sauvagement et s'élança dans la nuit. Des étincelles jaillirent sous les sabots du cheval, puis celui-ci et son maître disparurent. Le plus jeune des camarades raconta aux deux autres ce que lui avait révélé le cheval, et celui qui avait vu les pieds fourchus du cavalier en fit également part à ses amis.
« Nous l'avons échappé belle ! dirent-ils alors, car si nous avions joué plus longtemps avec le diable, il aurait réussi à nous entraîner en enfer. »

Publié dans CONTES DIVERS

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
L
Bonsoir Domy la Sorcière   C'est avec plaisir que j'ai validé ton inscription..... MAintenant, dans ton éditeur d'article, là où tu choisis la catégorie, tu peux aussi mettre ou pas ton article dans la communauté.   Je te quitte car j'ai une de tes proses à relire (oui, je suis un vieux chevalier de 800 ans, il me faut du temps pour comprendre hihihi)Bonne soirée
Répondre
D
Je te remercie d'avoir validé mon inscription à ta communauté et de m'avoir expliqué le fonctionnement pour mettre un article; j'espère que ta visite sur mon blog a été profitable et je serais ravie de te lire à nouveau bonne soirée à toi aussi
L
Bien le bonjour Princesse Domy  Comme tu l'as peut être lu, Over-Blog permet de créer des communautés. C'est un rassemblement par thème des proses de chacun.  Avantage 1 : Se regrouper et aborder différemment les mêmes thèmes (par exemple),  Avantage 2 :Améliorer notre référencement. Google nous voit dans une autre page et mémorise les liens.  Evidemment, le but n'est pas de mettre tous nos articles dans 1 seule communauté. Sinon, cela se nomme "notre blog"  hihihi.  Si tu es en version 2, je te propose de t'inscrire dans la communauté que je viens de créer nommée : "Contes et Légendes". c'est ici http://www.over-blog.com/com-1004893980/Contes+et+L%C3%A9gendes.html... Tu pourras mettre si tu le souhaites les articles relatifs aux contes et légendes bien sur.... pour les autres sujets que tu traites, tu peux rejoindre une autre communaute, ou ne pas les "rattacher".  L'inscription (gratuite évidemment) n'est pas obligatoire, c'est une possibilité que je t'offre.  A bientôt peut être    Médiévalement votre
Répondre
D
Bien le bonjour chevalier Dauphinois Je te remercie de m'offrir la possibilité de m'inscrire dans ta communauté "contes et légendes" puisque c'est une de mes passions, par contre je n'ai pas tout compris pour les articles ??? mais je prendrai le temps de m'y intéresser un peu plus tard. Je te souhaite une bonne soirée merci bcp pour ta proposition Domi la sorcière d'Arcane
M

 
Dans l’Ouest, le cheval Malet est le diable qui prend l'apparence d'un cheval blanc sellé et bridé, mais malheur à celui qui voudra le chevaucher, car ce cheval après une course folle se jettera dans une eau profonde avec son imprudent cavalier. Cependant, les  Paroles de La Ballade du Cheval Mallet chantée  par le groupe Nantais « TRI YANN » est plus romantique !
 En voici, quelques passages :


« Crinière grise et robe déchirée, Petit cheval de papier, de chiffon, Dors sous la cendre de mille saisons, Parfums de fêtes, souvenirs secrets, Brumes légères au-dessus des marais, Cheval de bois, de chiffons, de regrets, Teint porcelaine de filles de Mai, Tu te souviens ces matins de printemps, Les mariés te couvraient de rubans, Cheval d'amour, de folie, d'évasion, Danses païennes, tambours et chansons, Robe sanguine et tignasse arrachée, Petit cheval de carton, de chagrin, Pour toi, je crois à un autre matin, Eveille toi de la nuit du passé, Relève toi des siècles embrumés, Cheval d'argent, destrier triomphant, Renais au siècle nouveau qui t'attend, Cheval ardant, destrier flamboyant, Renais au siècle qui vient maintenant »
 
Eh oui, dans notre Pays de Retz, le Cheval Malet est lourd de traditions « obscures » …
Répondre
D
Ma chère Marieluce Tu dois lire dans mes pensées, je suis une grande fan du groupe TRI YANN  et j'écoute souvent un CD qui s'appelle  le meilleur de TRI YANN . J'aime beaucoup écouter cette musique quand j'écris mes contes, elle m'inspire alors mille bisous pour cette extrait de ballade
C
CA NE TE DERANGE PAS SI JE PASSE LE LIRE PLUS TARD ? PARCEQU IL EST UN PEU LONG ET QUE JE RENTRE DE L ECOLE DONC J AI DEJA LA TETE PLEINE lol
PROMIS JE REPASSE DANS LE WEEK END LE LIRE DANS SON INTEGRALITE
GROS GROS BISOUS
Répondre
D
Bonjour CoralieTu le fais comme tu les sens sur ce blog, il n'y a aucune obligation, je trouve déjà super sympa à toi de passe me voir après tes cours gros gros bisous
J
Un petit essai... mes commentaires ne passent pas.
Bisous.
Répondre
J
Bisous, Domi.
“… Trois enfants, près de moi blottis,
Les yeux brillants, le coeur ravi,
Écoutent un simple récit…

Ils sont au pays enchanté,
De rêves leurs jours sont peuplés,
Tandis que meurent les étés;

Sur l’eau calme voguant sans trêve…
Dans l’éclat du jour qui s’achève…
Qu’est notre vie sinon un rêve ?”

Lewis Carrol
Répondre
D
Merci Joce pour ce magnifique texte de Lewis Carrol bisous
:
je suis avie de te lire de nouveau, j'ai bien l'impession qu'il y a une éternité que je n'ai vu un de tes contes, j'ai bien aimé. Toujours se méfier des propositions trop honnête. Tu vas faire une suite pour ses 3 jeunes hommes ?
bonne après midi, soleil garanti avec des nuages
bisous
Répondre
D
Ma chère liliJe suis très flattée de ton égard pour mes contes, mais celui-ci n'est pas de moi, j'aurais bien aimé. En général, si les contes sont de moi, je mets ma signature  en bas du texte. Celui-ci est d'un écrivain inconnu pour moi. Par contre, j'ai prévu un conte  que tu pourras lire pour la fête des mères gros bisous et à très bientôt
K
J'ai eu bien peur pour ces jeunes gens domi, mais heureusement qu'ils ont eu un peu de bon sens... Je me demande combien de personnes ont cédé à la tentation avant eux... ???
bonne journée
bises
katara
Répondre
D
Bonjour Katara Des histoires qui quelque part ne rassurent pas en effet et qui pourraient très bien nous arriver aujourd'hui. Tout n'est que tentation de nos jours et il est bien difficile d'y résister. Il faut avoir beaucoup de volonté bisous et passe une bonne soirée
D
les legendes celte !  !  !
toujours aussi fabuleuses, je ne connaissais pas celle ci !
Répondre
D
Salut DOM Je ne la connaissais pas non plus, elle est assez ancienne et je n'ai pas le nom de l'auteur ???? bisous et passe une bonne journée