Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

SONNET

Publié le par LUIS DES CAMOENS




Amour est feu qui brûle et qu'on ne voit;
Plaie qui fait mal sans qu'on le sente;
Contentement qui mécontente;
Douleur qui vous égare et qui ne poind;

C'est non-vouloir plus grand que le vouloir;
C'est être seul chez le nombreux;
C'est le bonheur sans être heureux;
C'est croire que l'on gagne alors qu'on perd.

C'est librement vouloir être en prison,
Et vainqueur servir le vaincu,
Etre loyal pour qui vous tue;

Mais comment pourrait-il favoriser
Au coeur des hommes l'amitié,
Si à moi-même Amour est si contraire ?

LUIS DES CAMOENS
(Portugal 1524-1580)

Publié dans POÉSIES DIVERS

Partager cet article
Repost0

LE VOYAGEUR

Publié le par Ferdinand DENIS





La tempérance est un arbre qui a pour racine le contentement de peu, et pour fruits le calme et la paix.

Ferdinand Denis
Extrait de Brahme voyageur

Publié dans PROVERBE DU JOUR

Partager cet article
Repost0

J AI ETE TAGGUEE !!!

Publié le par Domi











Je viens de me faire tagguer par
CrêpOsucre et je suis ravie de relever son défi, mais il va y avoir un petit problème avec mon livre de chevet

 

Si vous voulez suivre le mouvement il suffit de :

-   citer la personne qui vous a taggué

-   écrire le règlement dans son article

-   prendre votre livre de chevet

-   l'ouvrir à la page 123  et c’est là que ça se gâte pour moi,  je n’ai que 96 pages !!

-    recopier les lignes 6 à 10

-    tagguer 4 autres personnes en leur laissant un commentaire



 
















Mon livre de chevet  du moment est un livre  dont les textes sont de Richard Dunbard ; Rédaction ken Glaser, Jr & Kevin  Kenny ; photographies exceptionnelles  d’Andréa Pistoles – Edition française  Bonechi de 2000 -  Tout le livre parle de la fameuse prison d’ALCATRAZ

 

Pour simplifier les choses je vais choisir une page au hasard, ce sera la page 38 :



 


« LE REFERTOIRE/LA CUISINE

 

La nourriture était un des rares plaisirs des détenus et le bruit courait que celle qui était servie a alcatraz était l’une des meilleures de toute le système pénitentiaire. Parce que la vie sur « the rock » était dure à de nombreux points de vue, on considérait peut-être qu’ne bonne nourriture pouvait adoucir l’existence des pensionnaires.

 

Chacun des trois repas quotidiens durait vingt minutes. Les prisonniers pouvaient obtenir de généreuses portions, mais tout gaspillage était sévèrement interdit. Ceux qui ne finissaient pas ce qu’il y avait dans leurs assiettes n’avaient pas le droit au repas suivant… »

 

Ce livre m’a été ramené par un ami qui a fait de nombreux voyages, je ne pense pas qu’il soit encore disponible ou qu’on puisse se le procurer et c’est bien dommage, car c’est une vraie merveille.


 

C’est à mon tour de tagguer, toujours si vous avez le temps et sans aucune obligation :

 

-           Pauley

-           Charism

-           Christel

-           Fanchon

 

 

BISOUS A TOUS ET BONNE SOIREE

DOMI

La sorcière d’arcane

Publié dans ARTICLES DIVERS

Partager cet article
Repost0

PROFITER DE LA VIE

Publié le par INCONNU
















Imaginez que chaque matin, une banque vous ouvre un compte de 86400 euros.


Simplement, il y a deux règles à connaitre.

Pr
emière règle:

Tout c
e que vous n'avez pas dépensé dans la journée vous est enlevé le soir. Vous ne pouvez pas tricher, ne pouvez pas virer cet argent sur un autre compte, ne pouvez que le dépenser mais chaque matin au réveil, la banque vous rouvre un nouveau compte, avec à nouveau 86400 euros pour la journée.


D
euxième règle:

La banque peut interrompre ce " jeu " sans préavis ; à n'importe quel moment elle peut vous dire que c'est fini, qu'elle ferme le compte et qu'il n'y en aura pas d'autre. Que feriez-vous ? A mon avis, vous dépenseriez chaque euro à vous faire plaisir, et à offrir quantité de cadeaux aux gens que vous aimez. Vous feriez en sorte d'utiliser chaque euros pour apporter du bonheur dans votre vie et dans celle de ceux qui vous entour
ent.


Cette
banque magique, nous l'avons tous, c'est le temps !


Chaque matin, au réveil, nous sommes crédités de 86400 secondes de vie pour la journée, et lorsque nous nous endormons le soir, il n'y a pas de repo
rt.

Ce qui n'a pas été vécu dans la journée es
t perdu.

Chaque matin, cette magie recommence. Nous jouons avec cette règle incontournable : la banque peut fermer notre compte à n'importe quel moment, sans aucun préavis ; à tout moment, la vie peut s'arrê
ter.

Tout ça pour dire qu'il faut profiter de
la vie et vivre chaque seconde comme si c'était la dernière

DONC JE COMPTE BIEN EN PROFITER CE WEEK-END, JE VOUS RETROUVE LUNDI MAIS JE VOUS LAISSE EN PETIT CADEAU LE LIEN D'UN BLOG MAGNIFFIQUE QUE J'ADORE, CI-DESSOUS UN PETIT EXTRAIT ...


http://alexpetitange.blogspot.com/



Aujourd'hui Si On Faisait...

 


Aujourd'hui,il serait bon
De faire quelque chose
qui sorte de l'ordinaire
Nous pourrions,par exemple
Danser dans la rue en partant au travail
Regarder un inconnu droit dans les yeux
Parler d'amour au premier coup d'oeil
Suggérer à notre patron
une idée apparemment ridicule
mais à laquelle nous croyons
Acheter un instrument dont nous avons toujours voulu
Jouer sans jamais oser
Aujourd'hui,nous pouvons
Verser des larmes pour quelques injustices
qui nous sont restées en travers de la gorge
Cette journée doit se démarquer du scénario
que nous écrivons chaque matin
Aujourd'hui toutes les fautes
seront permises et pardonnées
Aujourd'hui est un jour
à profiter de la vie

Paulo Coelho

Publié dans PAROLES DE SAGE

Partager cet article
Repost0

BIEN ETRE

Publié le par Hélène KELLER





«
Gardez votre visage dans le soleil et vous ne verrez pas les ombres.»

Helen Keller

Publié dans PROVERBE DU JOUR

Partager cet article
Repost0

LA LUNE DE L'AMOUR

Publié le par Marc CANTIN

 


La lune de l’amour se
glisse aux lèvres des rivières où coule l’or les échos de son verbe qui brille au senti de sa profondeur dans le reflet de sa douceur sans heure au texte de son courant, où vague son horizon de sa conjugaison qui fait naitre le cœur de la raison.


Aux souvenirs de l’ombre
de son être, elle mouille le corps de mon rêve qui frémit dans la chair de mon sommeil où dort le temps présent de mon avoir.


Au levé de sa douceur,
elle caresse les étoiles dans le solage de la tendresse où frissonnent les tempêtes des naines aux pleurs oubliés qui forment la naissance des cris aux cieux des écrits de son texte.


Dans l’ombre des désirs de son silence
, elle devient nuit de passion aux saisons du temps pour adoucir les nuages des cœurs aux chants qui s’entrelacent dans la chaleur de l’infini du bonheur.


À l’or de sa valeur
naissent les vents des sentiments qui deviennent astres de la jouissance des vierges dans le corps de leur Dieu où scintillent les sonars des amoureux dans la galaxie de leurs vœux. 


Assis à la terre de ma récolte
, je vois le baiser de ton oubli dans le ciel de mes veines qui trace ton nom sur la peau de mon corps dans l’attention de mon cœur qui te dit je t’aime sans mot à l’invisible de ta présente qui hante la poésie de mon âme.


Marc Cantin


PS : je tenais à partager les textes de cet auteur que j'aprécie beaucoup,  c'est un homme qui a plusieurs caquettes que je vous laisse découvrir en visitant son site ci-dessous.

Son site perso :
http://xp2003.free.fr  

 

Publié dans POÉSIES DIVERS

Partager cet article
Repost0

HUMOUR DU SOIR

Publié le par Domi

 


Juste pour vous, une bonne information bien risible qui ne vous empêchera pas de dormir ce soir... Mais franchement je ne pouvais pas, ne pas  la partager avec vous !!!


Cela s'est passé à Tours. Un homme de 21 ans a été arrêté, à son domicile, pour vol avec effraction sur la voiture d'un tiers. Comment les policiers sont remontés jusqu'à lui ?


Simple, il a tout simplement... oublié ses papiers dans la voiture qu'il venait de fracturer.
Carte vitale, carte bancaire, tout y était


Le voleur du dimanche a en effet laissé tomber ses papiers dans la voiture !


La victime n'a eu qu'à porter ces documents au commissariat !


Il a donc été condamné à effectuer 40 heures de TIG , et à rembourser la victime à laquelle il avait dérobé... un blouson et une paire de jumelles.


Manifestement, ces dernières ne lui auront pas été très utiles...






.

Publié dans INSOLITE

Partager cet article
Repost0

AMITIE

Publié le par CHATEAUBRIAND



















Nous ne sentons le prix de nos amis qu'au moment où nous sommes menacés de les perdre. Nous sommes même assez insensés quand tout va bien pour croire que nous pouvons impunément nous éloigner d'eux.

François René de CHATEAUBRIAND
Extrait de ses Mémoires d'outre-tombe


Publié dans PROVERBE DU JOUR

Partager cet article
Repost0

LA LUNE ET LE SOLEIL

Publié le par JEREMY




La Lune était d'humeur maussade ce jour-là. Elle avait toujours voulu rencontrer le Soleil, ce grand astre aux mille feux sans pareil.  

Elle alla donc demander conseil à son amie la Terre un beau jour de printemps :
" Vois-tu, Terre, toi, le ciel t'a tout donné : tu es nimbée de magnifiques nuages, couverte d'océans immenses et tes forêts et tes montagnes font de toi la perle de l'Univers. Moi, je suis toute nue et toute blanche…

- J'ai une idée, dit la Terre. Je vais te donner un morceau de mes nuages et parée de la sorte, tu iras voir le grand Soleil.

 Merci encore, répondit la Lune. Que ferais-je sans toi ? "

-
La Lune qui portait maintenant sa robe de nuages prit la route de son étoile le Soleil.

Malheureusement celui-ci feignit de l'ignorer et la petite Lune bien triste s'en retourna vers son amie la Terre.

" Ton idée était bonne ! geignit la Lune, mais ce n'était pas suffisant. Aurais-tu une autre idée petite Terre.

- Je sais, s'exclama la Terre. Si je te donne une larme d'océan, un rocher de montagne, une goutte de pluie et un écrin de verdure, comment le Soleil pourrait-il rester de marbre ?

- Tu as raison, répondit la Lune, avec tous ces cadeaux il ne verra plus mes cratères tout nus et mes vallées toutes pâles. "

Toute joyeuse, la Lune s'en retourna voir le Soleil. Cette fois-ci, se dit-elle, il ne pourra pas me négliger. Pourtant, malgré la larme d'océan, le rocher de montagne, la goutte de pluie et l'écrin de verdure, maître Soleil ne daigna même pas adresser la parole à la toute petite Lune sur laquelle il dardait des rayons très chauds.

La petite Lune, le cœur bien froid, commença à errer de planète en planète et de comète en comète. Pourquoi le Soleil ne souhaitait-il pas la rencontrer ? Soudain, l'impossible se produisit : la Terre à la recherche de son amie bien en peine, l'aperçut vaguement au lointain. Elle l'appela mais rien n'y fit. La petite Lune fonçait droit sur le Soleil !

"Tu es folle, cria-t-elle. Tu vas te brûler si tu ne prends pas garde. Ne t'approche pas si près de lui ! "


La Lune restait sourde à toutes ses exhortations. Et, finalement la Terre comprit ce qui était en train de se produire sous ses yeux. La petite Lune ne fonçait pas sur le Soleil mais dansait un joli ballet devant lui. Le spectacle était magnifique. La Terre se délecta de ses petites mirettes ébahis de cette danse insolite.


Depuis ce temps-là, très souvent, la Terre peut admirer ses deux amis interpréter le même ballet de l'éclipse. 

La petite Lune a réalisé son rêve de rencontrer le grand Soleil.    

JEREMY



Vous pouvez lire d'autres merveilleux contes sur le site où j'ai trouvé ce conte :
http://lunamoon.free.fr/contes_de_la_lune.htm

Publié dans CONTES DIVERS

Partager cet article
Repost0

AMOUR

Publié le par Thierry François

 


















Sommes-nous préparé à nous battre contre nos rêves ?
Sommes-nous fait pour nous détourner du bonheur ?
D'autres personnes mais pas moi.

Je marche et je prends ce que la vie me donne
Là une rencontre qui s'avère différente des autres
C'est une personne à laquelle je m'attache

On découvre qu'on aime avec une terrible certitude
On aime et on construit autour de soi un monde où tout semblent à sa place.

Mais un jour, la réalité s'impose à notre coeur
Nos peines nous apprennent
Que l'on a fait de cet amour notre vie
Il est le sang qui coule dans nos veines
Et qui nous empoisonne

Sait-on seulement qui on aime ?

On aime et on souffre.
On aime et on perd
On aime et on se perd

Que reste-t-il alors ?

Des rêves, des illusions qu'il faut recouvrir
Et enfouir au plus profond de son propre corps.

Quand sortiront-ils à nouveau ?

Nul ne sait.
Il faut attendre et se souvenir encore
Qu'un amour est passé
Et qu'il nous a blessé...
Mais qu'il y a toujours
Moins de sang qu'on ne pensait.

  rose32.jpg

 

©Thierry François
Pour toute reproduction de ce texte n'oubliez pas de mentionner son auteur -
Une demande d'autorisation par mail serait naturellement la bienvenue.

Publié dans POÉSIES DIVERS

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 > >>