Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

UN ANGE DANS MA VIE

Publié le par Dominique GARBIN

 
donna-dove-eyes.jpg




Elle est un ange dans ma vie

Celle qui me sourit.

Elle sait me rattraper

Au bord du précipice

Quand ma vie est vide,

Elle la remplit de son âme

Si  généreuse, si  gentille.

C’est ma petite sœur,

Je l’aime de tout mon cœur.

Aujourd’hui c’est son anniversaire

Je sais …

Tu vas me gronder …

Mais,  il était important pour moi

D’être là spécialement pour toi aujourd’hui.

Je t’aime très fort.

BON ANNIVERSAIRE PETITE SŒUR

Domi 

 


DOMINIQUE GARBIN
LE 16/05/2008
Ce texte est la propriété de l'auteur.

 

 

Publié dans POESIE ARCANE NAME

Partager cet article
Repost0

TOUS LES HOMMES SONT FRERES

Publié le par GANDHI







Appeler les femmes "le sexe faible" est une diffamation ; c'est l'injustice de l'homme envers la femme. Si la non-violence est la loi de l'humanité, l'avenir appartient aux femmes.

GANDHI

Publié dans PROVERBE DU JOUR

Partager cet article
Repost0

SAGESSE CHINOISE

Publié le par SAGESSE CHINOISE
















"Mieux vaut allumer une chandelle que de maudire l'obscurité."

Publié dans PROVERBE DU JOUR

Partager cet article
Repost0

ENCYCLOPEDIES EN LIGNE : LAROUSSE CONTRE-ATTAQUE

Publié le par Dominique GARBIN




On connaissait la célèbre maison d’édition pour ses dictionnaires et encyclopédies papier. La voilà depuis aujourd’hui sur Internet avec sa première encyclopédie contributive gratuite, concurrençant ainsi les sites tels que Wikipédia.
Le site Larousse permet l’accès gratuit aux dictionnaires de la maison d’édition mais aussi aux contributions d’internautes. Une séparation stricte est faite entre les 150.000 articles et 10.000 photos ou images Larousse et les apports des internautes. L’éditeur prend quelques précautions, palliant ainsi les limites de Wikipédia. Les contributeurs doivent être identifiés sous une session personnelle et ne peuvent modifier que leurs propres articles. Un système d’alerte sur « 1.000 à 2.000 mots » sur des sujets sensibles permet à une équipe de « modérateurs » d’éviter toute contradiction avec la loi.

http://www.encyclopedie-larousse.fr 

Publié dans ARTICLES DIVERS

Partager cet article
Repost0

LES FEES

Publié le par Jules RENARD



Les fées nous échappent. Elles sont radieuses et on ne peut les saisir, et, ce qu'on ne peut pas avoir, on l'aime éternellement.

Jules RENARD



Publié dans PROVERBE DU JOUR

Partager cet article
Repost0

LE MAGICIEN ET LA SORCIERE

Publié le par Dominique GARBIN

0on3odd5-1-.jpg

« La
beauté de l'apparence est seulement un charme de l'instant ; l'apparence du corps n'est pas toujours le reflet de l'âme 

George SAND


bc04.jpg

 
D
epuis la nuit des temps, un puissant magicien de la montagne sacrée  de Öland observait sa sorcière bien aimée accomplir des rites sacrés  dans  la forêt des  chênes dorés.  Il n’avait vu son visage qu’en rêve, espérait son amour en secret mais il savait qu’il ne pourrait jamais le gagner car  la belle sorcière n’avait plus le cœur à aimer.  Pourtant, un soir de pleine lune,  il eut une vision où, il rencontrait la belle  sorcière en transformant son apparence… et il décida, confiant de cette prémonition de changer son aspect physique pour rencontrer la sorcière.

Il usa de ses pouvoirs  magiques pour  la prévenir dans ses songes qu’il souhaitait la rencontrer, et pour qu’elle  ne se méfie pas …  enveloppa le songe d’un charme puissant pour  que la belle sorcière  l’aime dès  leur première rencontre. 

Astana   reçut  cette vision dans ses songes  et curieuse de rencontrer ce bel inconnu décida de se rendre  sur le lieu mystérieux du rendez-vous.  Elle  enfila sa grande  cape  de  sorcière et couvrit  sa longue  chevelure brune  de sa capuche. Le songe lui indiquait  une source aux souhaits où, toute petite, elle aimait  y plonger ses petits doigts de sorcière et demander aux petites entités magiques de la forêt de la protéger. Arrivée sur le lieu du rendez-vous,  elle s’assit sur le bord de la fontaine pour attendre le jeune homme quand sa voix la fit sursauter : 
-  Vous êtes venue, je pensais que vous ne viendriez pas !
- Votre appel était puissant et je suis curieuse de nature  lui dit-elle d’une voix très douce sans relever la tête;
-  Je sais que vous initiez des personnes à votre magie et j’aimerais apprendre. 
-  Il est vrai que je donne quelques enseignements, mais je sens que vous n’en avez nullement besoin … vous connaissez  déjà la magie !

Le magicien admiratif :
- Alors pourrions-nous partager quelques unes de nos connaissances, je veux simplement pouvoir passer du temps avec  vous.

La sorcière accepta de le rencontrer  mais à chacune de leur rencontre, elle refusait toujours de retirer sa capuche et de lui montrer son visage, le sorcier impatient de lui déclarer sa flamme et voyant qu’elle ne succombait toujours pas à son charme demanda conseil à la prêtresse de son temple : 
-  Je ne comprends pas, aucun charme n’agit sur cette sorcière et elle refuse obstinément de me montrer son visage. 
-  Je pense que tu devrais te trouver une autre femme à aimer, celle-ci est puissante et tu ne pourras rien obtenir d’elle ; beaucoup de prétendants se sont fourvoyés pour obtenir son amour sans succès. Elle a un secret que jusqu’ici personne n’a pu découvrir ; 
-  Un secret ? Je suis le plus puissant des Magiciens, je  trouverai. 
-  Je te conseille d’abandonner, tu risques de perdre tous tes pouvoirs. 
-  Mes pouvoirs ne sont rien sans l’amour de cette sorcière.

Il ne lui restait plus qu’une semaine avant la prochaine lune pour que sa nouvelle apparence disparaisse, il fallait qu’il agisse vite … Assit sur le bord de la  fontaine aux souhaits  il vit sa sorcière bien aimée arriver … 
-  Vous m’attendiez lui dit-elle ?
-  Oui, je voudrais vous parler !
-  Je sais lui dit gentiment la sorcière…

Le magicien fut étonné par sa réponse :
- Vous savez ?
-  Je sais pourquoi vous vouliez me rencontrer, et je sais également que vous avez triché !
-  Je voulais simplement être avec vous.
- Vous n’aviez pas besoin de changer d’apparence ajouta-t-elle 
-  Pourquoi parlez-vous d’apparence ? 
-   Vous n’êtes pas celui que vous prétendez être … je le sens bien, j’ai l’image d’une autre personne dans mes songes, un homme beaucoup plus âgé avec des pouvoirs très puissants.
- On m’a dit que votre pouvoir est immense !
- Je suis clairvoyante et la vérité m’apparaît naturellement.
- Je n’avais aucune chance contre vous dés le départ dit-il en souriant pour la première fois de sa vie.
- Vous auriez dû simplement me courtiser sans changer votre apparence. 
-  C’est impossible, je suis le mal personnifié et vous m’auriez empêché de vous approcher lui dit-il tristement.
- Je ne crois pas lui dit-elle mais maintenant que vous m’avez menti, il m’est impossible de continuer à vous voir.
- Est-ce que peux vous demander quel est votre secret ?

Astana hésitante lui dit :
- Si je vous dévoile mon secret, je serais obligée de vous tuer pour qu’il ne soit pas répété. 
-  Alors, j’accepte de mourir pour connaître votre secret dit sans discuter le sorcier.

Astana surprise par la réponse du sorcier resta silencieuse un moment, elle était une sorcière blanche et n’avait jamais tué personne, mais il fallait absolument donner une leçon à ce sorcier si arrogant. Elle se mit en face de  lui et pour la première fois depuis très longtemps, ôta sa capuche. Le magicien complètement médusé par la beauté de la jeune femme eut cependant un choc… Astana lui prit la main et lui sourit … 
-  Vous êtes aveugle ? 
-  Depuis mon adolescence …
-  Mais je pourrai peut-être vous guérir lui dit-il
- Non, lui dit-elle me rendre la vue est impossible, sinon je perdrai à jamais mon don de clairvoyance ; maintenant je dois vous tuer lui dit-elle en lui montrant un poignard qu’elle portait sa ceinture.

Elle s’approcha de lui pour lui donner un baiser  qui fit perdre l’équilibre au grand magicien  qui s’écroula à ses pieds ; elle disparut dans la forêt et le laissant allongé sous les arbres près de la fontaine.

Le lendemain, le magicien reprit son apparence. Il se rinça le visage dans l’eau pure de la source. Il n’avait aucun souvenir de ce qui venait de se passer et reprit tout abasourdi le chemin de sa montagne sacrée. Quant à la belle sorcière, on ne la vit plus dans la forêt, on dit qu’elle s’est envolée sur son balai vers des cieux plus cléments.

 
Dominique GARBIN

LA SORCIERE D’ARCANE

11 mai 2008

sorciere-grimoire.gif

  Toutes les textes présentés dans le cadre du Monde de Domi, restent la propriété de l’auteur © Toute utilisation commerciale ou production même partielle sans autorisation fera l'objet de poursuites. 

Publié dans CONTES ARCANE NAME

Partager cet article
Repost0

RENCONTRE

Publié le par Charmor vézkhor
























Extraitdu livre de Poèmes
L'amour au-delà de l'amour
par Yehoshua Ra'hamim Dufour


L'ami

L’ami.
Même dans le silence et à distance,

l'ami est présent, accompagne, entend, voit, me comprend, encourage et me soutient ;
il est sans cesse une main présente posée près de la mienne,
une caresse lente quand ma joue tremble,
une épaule où je dépose comme sur un tapis, commedans une hotte,
peines, colères, peur et rages, et mes larmes,
c'est un port abrité et confiant, une prière permanentesur ma vie.
L'ami, c'est celui qui n'est pas "les autres", qui n'est pas comme"les autres"
parce que tu es "TOI", pas les autres hommes,
pas les autres femmes, pas "comme les autres"
mais une merveille particulière paufinée par le Créateur.
L'ami, c'est une campagne calme avec un ruisseau lent
de mots calmes, confiants, aimants et apaisants.
L'ami, c'est un vent doux et parfumé,
pas plus menaçant que le mouvement incessant
de ton coeur qui te berce dans ta main en dormant ;
tu ne reproches pas à ton coeur de penser à toi toutle temps
et d'être simplement bon dedans.
L'ami, c'est une cheminée dans la soirée où flambe un feu
doux et chaud qui prête ensemble à rêver
et à se donner des mots de Tora.
L'ami, c'est pour les jours de bon temps,
pour le soleil sur la neige au printemps
quand le Ciel y allonge les robes des mariées,
c'est pour les marches dans les herbes de la montagne,
pour les rêveries, allongés dans les prairies, 
pour se blottir les jours de mauvais vent froid
ou sous les bourrasques aux attaques glacées.
L'ami, c'est aussi sûr et toujours
que ton bras maintenant
sur lequel tu poses ta tête en dormant.
L'ami, c'est tout ça, moins tout ce qu'on ne donne pas.
Ce n'est rien qu'un présent de Hachém lui-même
pour aider doucement doucement
et se parler gentiment, ou en explosant.
L'ami, c'est le don et l'accueil, ce n'est pas de l'argent. C'est du temps.
Garde-le bien ce présent, rare trésor, infiniment.
Garde-le bien, même dans le silence et à distance. 

Chamor vézakhor.

Publié dans POÉSIES DIVERS

Partager cet article
Repost0

TERRE DES HOMMES

Publié le par Antoine de SAINT EXUPERY

http://huuan.blog.lemonde.fr/2007/09/03/chronique-polynesienne-du-24-juillet-2007-ua-pou/





«
La terre nous en apprend plus long sur nous que tous les livres. Parce qu'elle nous résiste. L'homme se découvre quand il se mesure avec l'obstacle.»


Antoine de Saint-Exupéry
 


Publié dans PROVERBE DU JOUR

Partager cet article
Repost0

MIROIR

Publié le par Anne RICE

miroir16.jpg

Ne couvrez pas de voiles sinistres tout ce qui brille. Scrutez le miroir pour découvrir le fantôme qui s'y cache.

Anne Rice

Le Violon


Publié dans PROVERBE DU JOUR

Partager cet article
Repost0

LA CORSE MYSTERIEUSE (1)

Publié le par Domi




Certains connaissent déjà mon amour pour la Corse, je suis liée à cette île par des souvenirs d’enfance qui me sont très précieux, alors je souhaitais partager avec vous quelques histoires très courtes de diable, sorcières et fantômes :

Plus fort que le diable

Un sorcier, nommé le Magnifico Matteo, le noble Mathieu, vivait au XIXe siècle à Bastelica. On raconte que Satan lui était apparu et lui avait déclaré : « -Vends-moi ton âme et demande ensuite  ce que tu voudras. – Tends une corde de sable d’une montagne à l’autre, puisque tu es si puissant », avait répondu Matteo ; vaincu le diable disparut. On voit encore la maison de Matteo ; on y lit, gravée, une inscription : Non val sapere a chi la fortuna ha contro, « le mérite n’est rien si la fortune est contraire ».

Un remède contre le démon

L’église du couvent de bilia, aujourd’hui en ruine, a été longtemps vénérée parce qu’elle abritait la sépulture du père martino della roca : on y mettait ceux dont le comportement était sous l’emprise d’un esprit malin ; ils s’en trouvaient soulagés et libérés.

LE CHASSEUR MAUDIT       

IL Y AVAIT JADIS, au hameau de Busso, au-dessus de Bocognano, un château habité par le comte de Busso, dont la passion était la chasse. Or, un dimanche que le comte était à une battue de sanglier, la chasse se prolongea bien au-delà de l’heure prévue pour la messe dominicale. Le Curé attendit, attendit, puis lassé décida de commencer l’office en l’absence du seigneur. Ce dernier, ayant enfin abattu son sanglier, se rendit à l’église, et fut pris d’une violente colère vu qu’il s’aperçut que la messe était commencée. Fou de rage, il se précipita à l’autel et plongea son poignard dans le dos du curé. Puis il enfourcha son cheval et le lança à grand galop dans la montagne. Mais la bête fatiguée, n’allant pas assez vite à son gré, le compte lui planta sa dague dans le flanc ; aussitôt le cheval le désarçonne et le précipite sur les rochers où il se brise le crâne et meurt.  Depuis, on peut voir parfois la nuit ? Au hameau de la Bosse, des flammes horribles, vacillantes, dites  i fochi di u Busso « les flammes de bosso » : ce sont les âmes des damnés tenant compagnie au comte du bosso.

 

A SUIVRE ….

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 > >>