Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2014-10-24T13:43:03+02:00

TRICOTEUSE DE COEUR

Publié par Domi Sorcière d'Arcane
TRICOTEUSE DE COEUR

Les couleurs sont  très présentes dans notre vie, elles influencent nos états d'esprit, nos sentiments, elles nous donnent la force d'avancer ou nous enfoncent dans un mutisme profond. De plus, selon les pays, les cultures et les époques, les couleurs revêtent des significations différentes parfois aux antipodes de celles des cultures voisines ; comme le blanc associé en Occident à la pureté, alors qu'il est lié au deuil dans la plupart des pays asiatiques. Porteuse d'un sens et d'une symbolique, la couleur ne peut donc être choisie à la légère. Ensuite vient la question du bon goût et de l'harmonie, tout le monde n’a pas la même vision osée du monde.  Lucas et Juliette à travers mon conte, nous apprennent parfois que les couleurs nous en font voir de toutes les couleurs.

Comme chaque jour, Juliette se rendait à son travail, une petite agence de presse en banlieue parisienne. Elle écrivait une rubrique pour les cœurs brisés et le plus drôle dans l’histoire, c’est que Juliette n’avait jamais connu le grand Amour, celui que toutes les femmes cherchent ardemment mais elle ne désespérait pas. Cependant ce jour-là, la directrice de son journal lui annonça son renvoi pour «- Des raisons économiques » lui dit-elle et également parce que c’était la dernière embauchée dans cette agence. Juliette effondrée maudit le ciel et repartit abasourdie chez elle. Elle habitait une petite maison très pittoresque que lui avait léguée sa grand-mère après sa mort. Elle a hérité également de Black Jack, un vieux labrador qui ne respectait en rien les règles de la bienséance. Mais peu importe, elle l’aimait quand même !

Loin de se décourager Juliette s’installa dans le fauteuil de sa grand-mère, où en général, elle trouvait toujours l’inspiration mais à son grand désarroi, rien ne vint… C’est à ce moment-là qu’elle vit un jeune garçon sous sa véranda discutant avec Black Jack ;  il lui caressait le haut de la tête prudemment et lui parlait doucement. Juliette s’approcha discrètement  de la porte pour éviter de lui faire peur et lui dit : « - Comment as-tu fait pour entrer ? En général, mon chien n’aime pas les étranger ». L’enfant surpris de voir Juliette lui répondit très effronté « - Facile, il suffisait de lui donner des friandises tous les jours et il m’a laissé entrer »  et Juliette calmement « - Je vois … mais Monsieur je sais tout doit savoir également  que le sucre quel qu’il soit est très mauvais pour les chiens » et l’enfant mutin « - Pourtant, il n’a pas l’air d’aller mal ». Juliette trouvait cet enfant impoli mais resta impassible. Elle l’invita à entrer et lui proposa de manger des crêpes avec elle. L’enfant suivit Juliette sans hésitation et s’installa sur une chaise dans sa cuisine sans attendre qu’elle l’y invite. Juliette aimait déjà ce môme … Il lui permettait pendant un instant d’oublier tous ses soucis. Tout en faisant ses crêpes, elle tenta une approche en le questionnant « - Je m’appelle Juliette et toi ? »,  « - Lucas »  « - Et tu n’es pas au collège ?» ; «- Non, pas envie aujourd’hui » « Et pour quelles raisons tu n’as pas envie ?» et là elle vit le visage de Lucas devenir très triste et il lui dit : « -  Finalement je n’ai pas envie de vos crêpes » et il repartit comment il était venu en laissant Juliette perplexe. Le lendemain, elle essayait d’écrire quand  Lucas vint lui rendre une nouvelle visite, il saluait toujours Black Jack en premier comme un rituel. Pour ne pas l’effrayer Juliette le laissa entrer sans rien dire ; il s’assit en face d’elle l’observant sans rien dire.  Il devait avoir 12 ou 13 ans, un petit brun un peu pâlot, avec de grands yeux noirs, il avait des  cheveux longs soyeux et dégageait une sacrée détermination. Puis son regard fut attiré par des pelotes de laine et des aiguilles à tricoter posées délicatement sur un petit guéridon à côté du fauteuil où trônait  Juliette. Lucas se pinça les lèvres  et  brutalement rompit le silence « - Tu tricotes ? ». Juliette sourit « - Oui, je tricotais » ; « - Pourquoi as-tu arrêté ? » ; « - Je n’ai plus le temps avec mon travail » ; « - Dommage » lui répondit Lucas ; «- Et pourquoi dommage ? » demanda Juliette ; «-Personne n’a jamais pris le temps de me faire un pull en laine »

Juliette se souvint alors de son dernier tricot qui fut pour sa grand-mère quand elle lui fit ses adieux avant son décès; triste période où elle ne voulut plus tricoter et n’envisagea sa vie qu’à travers son boulot mais maintenant qu’elle n’avait plus de travail ? N’était-il pas bien pour elle de reprendre ses aiguilles pour aider ce jeune garçon. Elle lui répondit : «-II faut alors qu’on apprenne à se connaître un peu mieux, pour que je puisse choisir les bonnes couleurs pour ce pull ». Lucas étonné par la réponse de Juliette  « -Alors pourquoi tes pelotes de laine sont toutes blanches sur le guéridon ? ». C’est alors que Juliette lui proposa un jeu  «-Est-ce que tu crois à la magie Lucas ? », Lucas moqueur rit. Juliette sereine  « - Au moins j’aurais réussi à te faire rireVoilà ce que je te propose de choisir trois vœux ; tu peux les confier à Black Jack si c’est plus facile pour toi et tu passeras juste me voir pendant les trois jours qui suivent » « - Et que va-t-il se passer ? » demanda Lucas très intrigué «- C’est la surprise ». Lucas repartit chez lui. Juliette pensa qu’il avait du la prendre pour une illuminée et qu’il ne reviendrait pas et pendant un moment, ce fut le cas, l’enfant ne vint pas.  Le jour où elle se disait qu’elle ne le reverrait plus ; il se trouvait devant son portail et discutait avec Black Jack en repartant  presqu’aussitôt. Le bon vieux chien entra dans le salon et se dirigea vers le guéridon, il prit délicatement une pelote de laine blanche dans sa gueule qui devint bleu comme par magie, Juliette sourit et caressa son chien tout en reposant la pelote de laine bleu sur le guéridon …. « - Nous sommes sur la bonne voie » dit-elle à son chien. Il y eut deux autres jours où Lucas revint voir le vieux labrador et le rituel continua ; il venait à chaque fois choisir une pelote de laine blanche qui devenait ensuite d’une couleur différente. Juliette pouvait maintenant tricoter, ce qu’elle n’avait pas fait depuis longtemps mais c’est comme le vélo rien ne se perd. Le tricot n’avait aucun secret pour elle, et ses petites mains agiles de tricoteuse s’agitaient gaiment en croisant habilement  ses aiguilles à tricoter pour réussir le plus beau pull qui soit. Elle ne devait pas décevoir Lucas.

Lucas revint voir Juliette un peu plus tard. Il était pressé de poursuivre son jeu. Il entra dans la maison, Juliette était absente et il n’y avait que le vieux chien pour l’accueillir joyeusement. Son regard fut attiré à nouveau par les pelotes de laine sur le guéridon ;  Il y avait une pelote de laine bleu, une de couleur marron et la dernière toujours blanche. L’enfant déçu de n’en savoir plus dit au chien «- Je savais que c’était nul, les adultes ne comprennent rien aux enfants et ce n’est pas ces pelotes de laine ou un vulgaire pull qui vont m’aider » et il renversa violemment le guéridon sur le sol. N’ayant plus de nouvelles de l’enfant Juliette fit une enquête dans son voisinage pour savoir où habitait l’enfant, elle avait terminé son pull et voulait lui offrir mais sans succès personne ne savait.

Le destin a réuni Juliette et Lucas une nouvelle fois.  Elle avait déposé un CV dans un collège près de chez elle et ils  acceptèrent de lui confier un poste de professeur d’art plastique dans un collège et la classe de Lucas était dans son planning ; il fut très surpris de la voir entrer dans sa classe et expliquer « le pouvoir des couleurs » aux autres élèves. Ce fameux code de couleurs si important dans la vie et Il se souvint des couleurs des pelotes de laine chez Juliette et ses  trois vœux à Black Jack :

Une pelote de laine  bleu comme le ciel bleu ou la mer qu’il rêvait de voir depuis son plus jeune âge, ses copains  partaient souvent au bord la mer … pas lui.

Une pelote de laine blanche, comme  la lumière, la pureté, l’amour d’une mère qu’il n’a jamais connue…  Il a toujours été trimbalé en familles d’accueil.

Une pelote marron  couleur de la terre, couleur douce,  chaude, rassurante et presque maternelle. Ni triste, ni joyeuse comme un bon chocolat chaud qui rassure et amène de la douceur. Lucas venait de comprendre le message de Juliette.

Après les cours Lucas courut chez elle pour lui parler. Il entra impatient dans le salon de la jeune femme et vit sur son fauteuil  le plus fabuleux des pulls en laine qu’il n’ait jamais vu. Est-ce le pull ou le mélange des couleurs mais il n’avait qu’une envie : le porter ; il enfila le pull et il fut pris d’un sentiment de douceur, et d’apaisement. Il savait maintenant qu’il y aurait Juliette présente pour lui et qu’elle saurait l’écouter. Juliette qui l’observait de son jardin avec émotion comprit peu à peu que nos façons d’aimer étaient multiples ; on ne choisit pas d’aimer quelqu’un, cet amour s’impose parfois à nous-mêmes selon notre vécu et notre conception du bonheur. Elle rejoint Lucas et son chien dans la maison. L’année prochaine, ils iront ensemble à la mer.

 

Dominique GARBIN

La Sorcière d'Arcane

14 Octobre 2014

PS : il est rappelé que ce texte est propriété exclusive de l'auteur et qu'il est interdit de le recopier ou de l'utiliser à toutes fins commerciales sans mon autorisation.

Voir les commentaires

commentaires

biker06 25/10/2014 11:10

Hello Domi
C'est bla surprise , on te retrouve...
bizz
Pat

Domi 25/10/2014 11:23

Coucou Pat, très heureuse de vous retrouver également bises et bon samedi

Eric-le-peintre 24/10/2014 21:45

Coucou domi, j'aime vraiment beaucoup ce texte, il m'a ému! Une belle histoire et de quoi réfléchir. Merci pour ce partage. Bisous chaleureux!

Domi 24/10/2014 22:29

Bonsoir Eric, merci pour ton si gentil commentaire, je suis ravie que mon histoire te plaise passe une excellente soirée bisous

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog